Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 10:54

Les résultats d'un sondage "Les Français, le cumul des mandats et l’organisation administrative de la France" sont disponibles sur Internet.  Ce sondage a été réalisée par l'institut CSA pour le CRI du Contribuable qui, comme le précise son site internet est « le quotidien de la dépense publique », même s'il devrait s'appeler le quotidien de la baisse de la dépense publique.

 

Les résultats synthétiques de ce sondage indiquent "Dans l’hypothèse où nous supprimerions un des échelons administratifs, 37% des Français souhaiteraient voir en priorité la suppression des structures intercommunales, 17% les départements, 14% les régions et enfin 7% les communes."

Les rédacteurs du rapport Balladur apprécieront sans aucun doute que les structures intercommunales qualifiées de "communes nouvelles" arrivent en tête des suffrages.

Mais le point intéressant dans les résultats de ce sondage est la manière dont la question est posée et qui n'apparaît pas dans ces résultats. En effet la question exacte est "Il existe en France cinq niveaux politiques et administratifs : l'Etat, les régions, les départements, les structures intercommunales et les communes. A votre avis, est-il nécessaire de supprimer l'un de ces niveaux pour contribuer au rétablissement des finances publiques ?"

La seconde parie de la question présuppose :

-           que les finances publiques doivent être rétablies

-           que.ce rétablissement doit se faire en diminuant les charges et non en augmentant les recettes, alors que la baisse des recettes fiscales liée aux cadeaux fiscaux a largement participé à creuser ce déficit

-           que l'éventuelle suppression d'un échelon administratif entrainerait une baisse des coûts, ce qui reste encore à démontrer, sauf pour ceux qui croient encore que baisser les impôts pour les plus riches augmentent les recettes fiscales.

 

Que la CRI du contribuable utilise ce genre de ficelle n'est pas surprenant, mais que l'institut CSA se rende complice ce cette manipulation est plus que douteux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires