Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 10:54

Les résultats d'un sondage "Les Français, le cumul des mandats et l’organisation administrative de la France" sont disponibles sur Internet.  Ce sondage a été réalisée par l'institut CSA pour le CRI du Contribuable qui, comme le précise son site internet est « le quotidien de la dépense publique », même s'il devrait s'appeler le quotidien de la baisse de la dépense publique.

 

Les résultats synthétiques de ce sondage indiquent "Dans l’hypothèse où nous supprimerions un des échelons administratifs, 37% des Français souhaiteraient voir en priorité la suppression des structures intercommunales, 17% les départements, 14% les régions et enfin 7% les communes."

Les rédacteurs du rapport Balladur apprécieront sans aucun doute que les structures intercommunales qualifiées de "communes nouvelles" arrivent en tête des suffrages.

Mais le point intéressant dans les résultats de ce sondage est la manière dont la question est posée et qui n'apparaît pas dans ces résultats. En effet la question exacte est "Il existe en France cinq niveaux politiques et administratifs : l'Etat, les régions, les départements, les structures intercommunales et les communes. A votre avis, est-il nécessaire de supprimer l'un de ces niveaux pour contribuer au rétablissement des finances publiques ?"

La seconde parie de la question présuppose :

-           que les finances publiques doivent être rétablies

-           que.ce rétablissement doit se faire en diminuant les charges et non en augmentant les recettes, alors que la baisse des recettes fiscales liée aux cadeaux fiscaux a largement participé à creuser ce déficit

-           que l'éventuelle suppression d'un échelon administratif entrainerait une baisse des coûts, ce qui reste encore à démontrer, sauf pour ceux qui croient encore que baisser les impôts pour les plus riches augmentent les recettes fiscales.

 

Que la CRI du contribuable utilise ce genre de ficelle n'est pas surprenant, mais que l'institut CSA se rende complice ce cette manipulation est plus que douteux.

Repost 0
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 15:08

Les pages « Idées » du dernier numéro des Echos, sorti vendredi avant le premier tour de l'élection présidentielle, sont assez éloquentes. Ces pages regroupent analyses, points de vue et éditorial. Tous vont étrangement dans le même sens.

 

"La France en retard d'une réforme de l'Etat à l'anglaise" pour l'analyse de Nicolas Madelaine.

 

"Attention fragile" pour l'éditorial d'Henri Gibier avec en exergue "Un important bloc de nos compatriotes s'apprête à se réfugier dans un vote protestataire, nourri par de fumeux fantasmes anti-immigrés, anti-riches et plus globalement anti-système."

 

Un appel des grands patrons aux candidats: pariez sur l'entreprise, qui annonce clairement " Il faut assurer la prévisibilité de la conduite des affaires par l'instauration d'un moratoire sur les principaux dispositifs fiscaux et sociaux."

 

"Election: danger !" selon le point de vue d'Yves-Thibaut de Silguy, en précisant dans une phrase en exergue "Ne croyons pas que la Grèce soit un cas à part. Si nous n'y prenons garde, nous pouvons être entrainés dans une spirale de même nature."

 

Quant à la chronique d'Eric Le boucher "Réveil le 7 mai" elle met en avant "L'extrême gauche, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen vantent le protectionnisme, la sortie de l'euro et l'inflation. Ils devraient nous dire dans quel pays leurs idées ont réussi." Eric le Boucher, après ce superbe amalgame entre tous les candidats qui lui déplaisent mais dont il n'a pas du comprendre les idées, oublie cependant de nous dire dans quel pays ses idées ont réussi.

 

En parcourant ces textes, l’on se sent envahi d'un sentiment étrange, auraient-ils peur ? Craindraient-ils que comme le 29 mai 2005 les électeurs n'écoutent pas leurs précieux conseils ?

Est-ce le 7 mai qu'ils redoutent ou une nouvelle nuit du 4 août ?

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:30

Dans l'émission Télématin du mercredi 18 avril, Frederick Gersal a présenté sa rubrique habituelle consacrée aux bureaux de vote, rien de bien original semble-t-il, au sujet de laquelle le site internet de l'émission prend soin de préciser "Frederick Gersal répond aux questions que vous ne vous étiez jamais posées, de quoi frimer dimanche dans les bureaux de vote !"

Lorsqu'il termine sa rubrique et que le présentateur enchaine logiquement en annonçant l'édition spéciale de lundi consacrée aux élections présidentielles,  Mr Gersal fait preuve, non seulement de son manque tact vis-à-vis de son collègue, mais aussi d'une grande connaissance de son sujet en précisant que ce ne sont pas des élections présidentielles, mais une élection présidentielle puisqu'il n'y a qu'un seul élu.

 

Impressionnante maitrise du sujet ! Cependant, Frederick Gersal n'a pas le même talent pour lire le calendrier que pour la grammaire : " Ca va se passer dimanche le 22 on est bien d'accord le 22 mai. C'est exactement la même date qu'il y a 5 ans, c'est curieux  que ca tombe exactement le même jour, qu'un dimanche tombe le 22 mai."

Mais la lecture des textes juridiques n'est pas son fort non plus puisque selon lui "Pour qu'un ou une président de la république soit élu des dimanche soir il lui faut 50% des inscrits plus une voix, on est bien d'accord." Mais là, il se reprend, et assène magistralement " pardon 50% des votants plus une voix, ne nous mélangeons pas !" Hélas, encore un mélange douteux, la constitution prévoit que Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés, et non pas des votants...

 

Faudra-t-il compter dans les suffrages exprimés les votants du 22 mai ?

Repost 0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 11:20

 "L'Académie française, dans sa séance du 15 mars 2012, a enregistré les candidatures de MM. Michel Carassou, Olivier Mathieu, Patrick Poivre d'Arvor au fauteuil de M. Pierre-Jean Rémy (fauteuil 40)" c'est par ce communiqué qu'a été officialisée la candidature de Patrick Poivre d'Arvor à l'Académie française.

 

Selon les informations disponibles sur le site officiel, "Le rôle de l’Académie française est double : veiller sur la langue française et accomplir des actes de mécénat... Aujourd’hui, elle agit pour en maintenir les qualités et en suivre les évolutions nécessaires. Elle en définit le bon usage... Elle rassemble des poètes, des romanciers, des hommes de théâtre, des philosophes, des médecins, des hommes de science, des ethnologues, des critiques d’art, des militaires, des hommes d’État, des hommes d’Église, qui ont tous illustré particulièrement la langue française."

 

Patrick Poivre d'Arvor participerait donc à cette longue tradition, dans laquelle l'on ne peut s'empêcher de citer pour leur participation à l'illustration de la langue française, Valéry Giscard d'Estaing, auteur notamment d'un célèbre Giscard d'Estaing présente la Constitution pour l'Europe, Pierre Mesmer ancien militaire, ancien administrateur colonial, ancien premier ministre, glorieux héritier d'une lignée de militaires dont la retraite s'est déroulé quai Conti, comme l'amiral Lucien Lacaze dont l'œuvre se résume selon l'aveu même de l'Académie française à quatre préfaces...

Mais, un futur académicien avait déjà fort bien souligné au XIXème siècle, l'illustre gloire des académiciens

"- L'Académie est là ?

- Mais... j'en vois plus d'un membre ;Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre ; Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud...Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c'est beau !"

 

Patrick Poivre d'Arvor ne dépareillerait finalement pas dans cette liste, mais qu'l se rassure même s'il n'est pas élu, son immortalité est déjà assurée, non pas pour son œuvre littéraire mais pour les accusations de plagiat, pour sa condamnation pour avoir accepté des cadeaux destinés à favoriser le passage sur TF1 de Michel Noir et pour sa fausse interview de Fidel Castro....

Repost 0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 23:16

Dans un discours le 3 mars à Dijon François Hollande a exposé sa conception de la présidence, critiquant celle de Nicolas Sarkozy, et notamment "le règne de l'omniprésidence, le régime d'un seul. (...) L'omnipotence (qui)  conduit à l'impuissance."

Comment ne pas être d’accord avec cette déclaration ?

Surtout après la remarque de François Hollande concernant Jérôme Cahuzac, chargé du budget dans son équipe de campagne. En effet, ce dernier a semblé très surpris d'apprendre, lundi soir sur le plateau d'Yves Calvi, l'intention de François Hollande de créer une nouvelle tranche d'imposition à 75 %. Et lorsque le candidat a été interrogé sur cette surprise exprimée par Jérôme Cahuzac, il a déclare "Maintenant, il est au courant... Il est normal que je prenne un certain nombre d'initiatives, Je suis le candidat",

De la candidature d'un seul pour mettre fin au régime d'un seul ?

Repost 0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 21:06

Sécheresse: la France en alerte, titre le quotidien Les Echos le 13 mai, mais nous n'avons aucun souci à nous faire, quelques 15 pages plus loin, Jean-Francis Pécresse dans un brillant éditorial nous donne la solution. Alors que  son texte s'ouvrait sous les meilleurs auspices avec une citation du chef indien Seattle "Comment peut-on vendre ou acheter le ciel, la chaleur de la terre ? La fraîcheur de la terre et le murmure de l’eau ne nous appartiennent pas », par un de ses raccourcis idéologiques fulgurants dont les adeptes de la concurrence libre et non faussée ont le secret Jean-Francis Pécresse va arriver à une conclusion surprenante. Avant cela, pour faire bonne mesure et ne pas se référer uniquement à la sagesse indienne  en ces temps de recherche effrénée d'identité nationale; il invoque le bon sens paysan qui est présumé nous suggérer que loin de constituer une accélération du changement climatique cet épisode météorologique n'est qu'un feu de paille, hypothèse qu'il invite aussitôt les experts à confirmer. Après ce détour banalisant le changement climatique, Jean-Francis Pécresse  en arrive à sa proposition, il est " légitime de continuer à la (l'eau) rendre plus chère, ce qui a contribué à en faire baisser la consommation depuis 2004."

Que Jean-Francis Pécresse ne jure que pas le marché n'est pas étonnant, que, pour appuyer sa pseudo démonstration, il évoque le confort du propriétaire de pavillon qui remplit sa piscine est bien dans sa logique démagogique. Mais oser invoquer Seatle et passer d'un ciel qui n'est pas à vendre pour aboutir à la régulation de l'accès à l'eau par le marché relève d'une réelle malhonnêteté intellectuelle.

L'accès à l'eau reste un des enjeux mondiaux et ce n'est pas par la recherche du profit des actionnaires qu'il se règlera. L'eau est un bien qui doit être l'objet d'une appropriation collective, d'une gestion publique et d'une tarification sociale pour permette à toutes et tous un égal accès.

 

Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 08:23

"Justice has been done" a déclaré Barak Obama, "justice est faite" a répondu en écho Nicolas Sarkozy. Georges W Bush n'avait-il pas déclaré le 17 septembre 2001 " comme on le disait au temps de la conquête de l'ouest recherché mort ou vif."

Cette déclaration pose une vraie question de fond, la justice peut-elle être rendue sans tribunal, sans jugement ?

Après l'enfermement sans procès à Guantanamo, l'exécution sans procès serait-elle la forme aboutie de la justice étasunienne ?

 

Repost 0
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 16:19

Parfois, il est des rapprochements détonants.

L'Humanité du lundi 17 janvier titre "Les Tunisiens défendent leur révolution." L'article de la page 2 est titré "Le peuple veille sur sa révolution", article illustré par une photo d'un char d'assaut dans les rues de Tunis. Est-ce là la vision du peuple que l'on souhaite donner ?

Et pour ne pas s'arrêter en si bon chemin, dans la même édition, page 13, figure un article sur le Martin Luther King Day, troisième lundi de janvier, devenu une gigantesque opération marketing de la NBA. L'on ne peut que se féliciter de cet article, mais si le choix de l'inclure en page Sports est douteux, comment après avoir à juste titre critiqué la récupération par la NBA peut-on ajouter en haut de page la brève suivante "34 c'est le nombre de victoires, pour six défaites, de San Antonio, l'équipe de Tony Parker, toujours en tête de la NBA."…

Un manque de coordination peut être ?

 

Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 23:14

Le journal télévisé de 8 heures sur France 2 ouvre sur l'enjeu des élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Pour bien faire appréhender les enjeux, un document est diffusé dans lequel une voix-off nous indique doctement que " Comme le parlement français, le Congrès des Etats-Unis est composé de deux chambres. La chambre des représentants, l'équivalent de notre chambre des députés mais dont les 435 représentants sont élus pour un mandat de deux ans seulement et le Sénat, 100 sénateurs qui sont renouvelés par tiers tous les deux ans, chaque sénateur effectuant un mandat de 6 ans au lieu de 9 en France."

Un simple clic sur le site du Sénat français nous apprend que "Jusqu'à la loi du 30 juillet 2003, le Sénat était renouvelable par tiers tous les trois ans… La loi de juillet 2003 a prévu que le Sénat serait désormais renouvelable par moitié…le Sénat se renouvelant…par moitié tous les 3 ans."

 

Si l'on ne peut qu'apprécier la volonté pédagogique de cette explication, il est à regretter que ce document ait été préparé, monté, diffusé une première fois à 7 heures et que la diffusion ait continué sans que personne ne s'aperçoive du "léger retard" dans la lecture des textes. L'on peut se féliciter par contre que n'ait pas été mentionnée l'existence de sénateurs inamovibles, dont le statut ne fut supprimé qu’en 1884.

Au-delà du coté anecdotique de cette dé-information, comment ne pas s'interroger dès lors sur la fiabilité des autres informations véhiculées par le service public qui, au contraire, devrait-être garant de qualité et d'objectivité ?

 

 

Repost 0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 19:10

"Le gouvernement vient de lancer une vaste offensive pour mettre à mal la pénurie de carburant qui concerne désormais le tiers des départements français. Les forces de l'ordre sont intervenues cette nuit pour débloquer les dépôts de La Rochelle, du Mans et de Donges… Ce site de stockage a été libéré vers quatre heures du matin par les gendarmes mobiles…"

 

Ce n'est pas une citation issue de Minute ou du Figaro. Ce n'est pas non plus le journal de TF1. Il s'agit de l'ouverture du journal télévisé de France 2 ce mercredi 20 octobre à 8 heures.

 

Le président de la République a déclaré ce même jour : "J'ai donné hier des instructions pour débloquer la totalité des dépôts de carburants afin de rétablir au plus tôt une situation normale."

 

L'on ne peut qu'admirer la brillante prestation fournie par France Télévision et le choix du vocabulaire employé de "vaste offensive" à " ce site de stockage a été libéré". Le ton martial reprend à merveille les velléités du communiqué de l'Elysée. Le résultat est pitoyable et rend d'une brulante actualité l'affiche de Mai 68 représentant le Général de Gaulle tenant une télévision sur l'écran de laquelle est écrit "La voix de son maître."

 

Repost 0