Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 20:50

Madame Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, a prononcé un discours le 19 décembre 2014 devant le Conseil National des Professions du Spectacle. Elle a notamment déclaré, et l'on ne peut que s'en féliciter "Je me battrai aux côtés des artistes, des créateurs et des professionnels de la culture pour affirmer la place de la culture au cœur de notre ambition politique. Notre modèle s’est bâti sur le soutien aux artistes et sur les principes de démocratisation culturelle pour que cette création soit accessible au plus grand nombre. Cette politique s’est construite sur une volonté de l’Etat, partagée et amplifiée par les collectivités elle a permis de mailler notre territoire d’établissements de création et de diffusion mais aussi de dispositifs de soutien aux compagnies et aux artistes, d’aides et de financements. C’est un investissement, un héritage, fruit de longues années d’un travail patient. J’ai dit que je le laisserai pas démanteler.…"

Arrivé à cet instant de l'intervention, une seule question se pose, qui donc veut la peau, non pas de Roger Rabbit, mais de ce modèle culturel.

La réponse ne se fait pas attendre, Madame Fleur Pellerin indique " Alors que l’Etat a fait le choix de la culture, certaines collectivités territoriales se désengagent. Je soutiendrai avec force les nombreuses collectivités qui font le choix courageux de la culture" après avoir pris soin de préciser "les choix budgétaires sont des choix politiques qui doivent être assumés comme tels.'

Sur ce dernier point, je ne peux qu'être en accord, les choix budgétaires sont la traduction concrète des choix politiques que nous mettons en œuvre, mais une nuance doit être apportée, si nous devons assumer nos choix budgétaires il ne nous appartient pas d'assumer ceux des autres, et notamment ceux de l'Etat.

Il existe deux notions scolastiques de la liberté, la liberté de spontanéité, un acte est libre si en accord avec les valeurs de son agent, qui souligne la volonté, et la liberté d'indifférence, un acte est libre s'il aurait pu être accompli d'une autre manière, qui souligne l'aptitude. En, l'occurrence, je crains que pour beaucoup de collectivités locales la possibilité d'agir d'une autre manière est fortement contrainte par la décision du gouvernement dont fait partie Madame Fleur Pellerin de réduire de onze milliards les dotations aux collectivité locales.

Alors, Madame la Ministre, si vous voulez pointez du doigt les collectivités dont le désengagement est le résultat d'un choix politique, commencez donc par vous battre pour rendre à ces collectivités les moyens d'agir et de choisir librement leurs politiques. Vous n'êtes pas légitime à stigmatiser l'une ou l'autre des collectivités locales quand toutes vont être amenées à prendre des décisions insupportables, le seul choix qui leur reste étant de savoir quels budgets feront l'objet de coupes claires.

Et enfin, puisque vous indiquez, Madame la Ministre, dans votre discours que "Les collectivités locales, comme l’Etat, doivent faire un important effort budgétaire" n'oubliez-pas que c'est l'Etat, et non, les collectivités locales qui est responsable de l'évolution de la dette publique. En effet, du 4ème trimestre 1995 ( trimestre de référence) au 3ème trimestre 2014 la dette de Maastricht a augmenté pour l'Etat de 231,76% et pour les collectivités locales de 60,14%.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet
commenter cet article

commentaires