Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 08:39

 "Il faut que Franz-Olivier Giesbert arrête de fumer la moquette" a déclaré Flavien Hamon sur le site du quotidien le Monde ce vendredi  13 avril. En effet Franz-Olivier Giesbert a encore fait dans la dentelle, estimant  "qu'on aurait pu nous épargner certains candidats" et éructant donc ses commentaires sur les candidats qui n'avaient pas sa bénédiction ce jeudi sur France 2.

Flavien Hamon cite un commentaire sur la page Facebook du Monde, "Mention spéciale pour FOG. [...] A déterminer qui a le droit de parler ou pas : 'On ne devrait permettre qu'à Nicolas Sarkozy et François Hollande de se présenter'. Et la démocratie ? La liberté d'expression ?"

Flavien Hamon ne se souvient-il pas de la tribune publiée par le directeur du Monde Jean-Marie Colombani le 19 avril 2007 intitulée "Impératif démocratique" ? A trois jours du premier tour il écrivait " De ce point de vue, il y a dans l'offre politique disponible deux options : celle de Nicolas Sarkozy, se réclamant de la droite et de la majorité sortante, semble déjà sûre d'elle-même ; il faut donc souhaiter que la seconde, se réclamant de la gauche et qu'incarne Ségolène Royal, soit présente au second tour pour assurer les chances d'un vrai choix."  Certes la forme est plus policée que celle de Franz-Olivier Giesbert, dont on aurait pu nous épargner les commentaires, mais le fond est le même : mépris des candidats, des électeurs, de la démocratie...

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 22:31

Boire un dernier verre avant de conduire peut-être dangereux et constitue aussi un délit, mais ce n’est pas d’un dernier verre qu’il s’agit là. Le titre fait référence au dernier fichier concocté par notre brillantissime ministre de l'intérieur. Le 16 mars l'arrêté a été publié au Journal Officiel. Ce nouveau fichier ARES " «automatisation du registre des entrées et sorties des recours en matière de contravention" va répertorier, pour une durée de 5 ans, toutes les personnes qui auront eu l'outrecuidance de contester une contravention, et l'on ne sait même pas si son nom sera radié de la liste dans le cas où le tribunal donnerait raison au plaignant.

La contestation des contraventions serait-elle devenue un risque majeur et les contestataires de dangereux terroristes contre qui il faudrait mener une guerre sans merci ? Cela justifierait donc le choix du nom  du ficher Ares, dans la mythologie grecque dieu de la guerre.

Décidément il est temps que monsieur Guéant quitte ce ministère. Il ne reste qu'à espérer que son successeur saura annuler toutes les décisions liberticides prises depuis de trop nombreuses années.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 21:39

Le candidat Nicolas Sarkozy était présent au journal télévisé de 20 heures le 22 février sur France 2. Il s'est donc exprimé sur les propositions de son programme électoral, notamment l'augmentation des bas salaires. C'est à se demander si c'est le même Nicolas Sarkozy qui est président depuis 5 ans sans avoir mis en œuvre ces superbes propositions.

Le principe est simple, il compte mobiliser pour cela la prime pour l'emploi, soit 2,5 milliards d'euros, à laquelle il ajouterait 1,5 milliards d'euros provenant de l’augmentation de la fiscalité sur les dividendes, pour un total de 4 milliards d’euros. "Ca nous permettra d'alléger pour 7 millions de personnes 4 milliards d'euros de charges, ce qui permettrait d'augmenter les salaires d'un peu moins de 1.000 euros par an." Il semblerait qu’en divisant les 4 milliards d'allègement de charges par les 7 millions de personnes, le résultat soit de 571 euros, soit en effet, un peu moins de 1.000 euros !

Quant à ceux qui sont au chômage, ils ne sont pas oubliés, l'objectif annoncé est que " le travail soit davantage rémunéré que l'assistanat." Et de plus "Quelqu'un qui est au RSA  qui n'a pas d'emploi, qui n'est pas en formation, devrait faire 7 heures de travail d'intérêt général par semaine." Le  travail d'intérêt général a été institué par la loi du 10 juin 1983, conçu comme une peine alternative aux courtes peines d'emprisonnement. Le choix des termes utilisés est significatif, la solidarité nationale est remplacée par "l'assistanat", et les titulaires du RSA assimilés à des délinquants.

 

Et lorsque Nicolas Sarkozy déclare "une question qui m'est posée sans arrêt par les Français: comment se fait-il que nous qui travaillons, je parle là des petits salaires, il nous arrive de rencontrer des gens qui ne travaillent pas et qui au fond ont des revenus supérieurs aux nôtres ?" je présume qu'il évoque là ses amis du Fouquet's....

 

 

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 20:59

Le 16 février les sénateurs ont eu à examiner une  proposition de loi déposée par le groupe communiste républicain et citoyen tendant à interdire les licenciements boursiers.

Cette proposition a été rejetée par 169 voix contre 163, alors que la gauche est majoritaire au Sénat. En effet sur les 16 membres du  groupe du rassemblement démocratique et social (RDSE), seuls trois ont voté pour, l'un votant contre et 12 s'abstenant.

L'on pourrait hâtivement à déduire que le Sénat n'est pas assez à gauche. Le sénateur  Jean-Claude Requier a affirmé "si tous les membres du RDSE condamnent fermement les licenciements abusifs pratiqués par les entreprises, ils sont très réservés sur l'efficacité et la portée de cette proposition de loi ; c'est pourquoi la grande majorité de notre groupe s'abstiendra." Cette déclaration laisse entendre autre chose : la ferme opposition de ces sénateurs exige une loi plus efficace. Le message est clair, plus de demi-mesures, radicalisons les positions !

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 11:08

Et François Hollande veut faire inscrire dans la Constitution le fait que le chef de l'Etat soit le dernier au monde à nommer un évêque. Certes la formulation est plus subtile, le programme de François Hollande indique

"Je veux défendre et promouvoir la laïcité.

Je proposerai d’inscrire les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution en insérant, à l’article 1er, un deuxième alinéa ainsi rédigé : « La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Églises et de l’État, conformément au titre premier de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et Moselle. »."

 

Si l'inscription de la laïcité dans la Constitution est une bonne idée, pourquoi diable ne s'inspirer que d'une partie de l'article 1 de la loi de 1905 et surtout pourquoi ajouter une telle réserve ?

L'article 2 "La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte" serait-il donc trop sulfureux ?

 

L’Alsace-Moselle quant à elle, avait été cédée par la France à l'Empire allemand conformément au traité de Francfort de 1871, avant de revenir à la France en 1918, suite au traité de Versailles: La loi de 1905 n'y avait donc pas été appliquée. Le maintien à titre temporaire de dispositions spécifiques avait été décidé, puis ce temporaire a été reconduit sans limitation de durée. Parmi ces dispositions temporaires figure le concordat de 1801 qui concerne la seule Église catholique mais aussi des articles organiques du 18 germinal an X qui règlent l’exercice des cultes catholique et protestants et enfin des décrets du 17 mars 1808 organisant le culte israélite.

Ces dispositions prévoient notamment

- Que les cours de religion sont obligatoires à l'école primaire et au collège, même si une dispense est accordée aux parents qui la demandent.

- Que l'université de Strasbourg et celle de Metz sont les seules universités françaises à dispenser des cours de théologie.

- Que la rémunération des ministres des quatre cultes reconnus est prise en charge par le budget de l'Etat.

- Que le Président de la République nomme l'archevêque de Strasbourg et l'évêque de Metz.

Le choix d'inscrire cette réserve dans la Constitution affirmerait plus encore le choix de maintenir ce dispositif, dérogatoire et archaïque, dont la seule raison d'être est la défaite de Napoléon III en 1870, dont une des premières et cinglantes défaites fut celle de Reichshoffen le 6 août.

 

L'ironie est d'autant plus cruelle que la Commune de Paris née après la défaite et le siège de Paris par un décret du 2 avril 1871 établit la laïcisation complète de l’Etat :

"Article 1 l’église est séparée de l’Etat

Article 2 le budget des cultes est supprimé"

 

A chacun ses références !

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 08:16

Nous voila donc rassurés pour Jean-François Pécresse; éditorialiste au journal Les Echos. En effet son éditorial du 3 mai il indique qu'il craignait que le dernier conseil des ministres de mai ne marque "le retour prématuré d'un dirigisme socialiste." Certes le gouvernement de François Fillon comporte un ancien membre du parti socialiste, mais celui-ci a donné des gages de son encrage fort à droite et il y a fort à parier qu'au côté d'un ancien d'Occident il n'y ait aucun risque.

La raison de sa crainte était tout simplement la création d'une prime obligatoire pour les entreprises qui distribuent des dividendes. Prime dont Xavier Bertrand a annoncé qu'elle concernait huit millions de personnes employées dans les entreprises de plus de 50 salariés, oubliant au passage que le versement est soumis à condition. Selon Les Echos journal pourtant proche du gouvernement et du Medef, seules 25 des entreprises du CAC 40 devront verser cette prime cette année. Mais ce qui effraye tant Jean-François Pécresse ce n'est ni le nombre, ni le montant, c'est l'outrecuidance  des salariés qui pourraient oser "vouloir les avantages de la condition d'actionnaires sans les inconvénients, qui sont d'être soumis aux aléas des résultats." Les millions de chômeurs, de précaires, d'intérimaires, de titulaires de contrat de travail à temps partiel subi apprécieront.

Et pour ceux qui n'auraient pas compris il qualifie cette prime de "partage obligatoire de la valeur entre actionnaires et salariés." Le message est clair, la bourgeoisie ne lâchera rien dans la lutte des classes !

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 15:57

Alain Lipietz a publié sur son blog un billet intitulé "Cantonales de Villejuif, 1er tour." Il revient sur l'accord entre le PS et Europe-Ecologie-Les Verts "pour tenter un rééquilibrage des cantons, et à terme de la gouvernance municipale de Villejuif." qui est "tenue par le PCF (marchaisien ) depuis la nuit des temps."

 

L'analyse des résultats du premier tour " dans ce fleuron historique du PCF qu’est cette circonscription, qui fut celle de Paul et Marie-Claude Vaillant-Couturier et où se réfugia Marchais" et la position au second est par contre plus surprenante.

Selon Alain Lipietz  "le principal candidat à la succession du PCF, comme représentant des classes populaires, à Villejuif comme partout, est dorénavant le FN… sauf justement à Arcueil".

Les résultats du premier tour, cité dans ce billet, sont clairs. Dans le canton de Villejuif-Est, le Front de Gauche réalise 35,23%, le Parti Socialiste 24,45%, le Front National 19,89% et le Modem 6,78%, dans le canton de Villejuif-Ouest, le Front de Gauche réalise 36,89%, Europe-Ecologie-Les Verts 25,02%, le Front National 18,39% et le candidat de droite 12,13%.

Le Front National est bien la troisième force sur cette élection, mais sur le canton d'Arcueil " Daniel Breuiller, EéV ex-PCF, est en tête avec 45 % (Pcf : 25, Modem 13, FN 15)" même si Alain Lipietz présente le résultat du Front National est en dernière position il n'en est pas moins la première force de droite devant un candidat soutenu, cas unique dans le Val de Marne, par l'UMP et le MODEM.

 

La conclusion pour le second tour est donc "Le soir même, Eelv se maintient face au PCF, puisqu’il n’y a pas d’ennemi à droite au second tour, donc pas de « front républicain ». Surtout nous considérons que ce scrutin a posé le FN en représentant de l’opposition de droite, notamment populaire, à la gestion communiste de Villejuif. Se retirer serait donc une catastrophe à terme, quel que soit le confort que cela offre à court terme (dont : partir enfin en vacances !). Il faut ré-affirmer qu’une autre gauche est possible à Villejuif...C’est pourquoi sans doute des camarades ex-NPA ou Parti de Gauche villejuifois nous encourageaient plutôt hier soir à nous maintenir au second tour… afin de ne pas laisser un boulevard au FN."

 

Ce raisonnement est quelque peu surprenant.

Alors que le Parti socialiste, le Parti communiste français, Europe-Ecologie-les Verts, le  Parti radical de gauche et le Mouvement républicain et citoyen ont signé un appel pour se rassembler dans tous les départements, se mobiliser et s’unir pour battre la droite et l’extrême droite au deuxième tour des élections cantonales, derrière les candidats de gauche et écologistes arrivés en tête au premier tour, les oppositions entre ces mêmes formations au second tour, même sans "ennemi à droite au second tour" ne seront pas de nature à clarifier les positions et à aider à de bons reports dans d'autres cantons où chaque voix comptera.

La présence d'un candidat Europe-Ecologie-les Verts au second tour fermerait selon Alain Lipietz le boulevard au Front National, Par contre ce qui est certain c'est que cette option va laisser la possibilité aux électeurs de  droite et du Front National de choisir leur candidat à gauche...

Enfin, si cette analyse est exacte, elle aurait du s'appliquer aussi dans le dernier canton de la circonscription celui de Cachan, où le candidat Europe-Ecologie-les Verts s'est finalement retiré laissant seul au second tour un candidat socialiste. Selon François Labat secrétaire départemental d’Europe Ecologie-les Verts cité dans le Parisien "les écologistes ont obtenu des contreparties locales qui permettent de déroger à la règle". Faudrait-il comprendre que des contreparties locales pourraient compenser l'ouverture d'un boulevard au Front National.

 

.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 08:06

À la suite de la conférence de presse de Nicolas Sarkozy, les chantres de la droite ont chanté les louanges de ce grand homme d'Etat, et le Figaro n'a pas été en reste. Paul-Henri du Limbert nos a gratifiés le mardi 25 janvier d'un éditorial sobrement intitulé "G20: unanimité française".

Son propos est simple, certains mécréants avaient déclaré en 2007 que "le président serait infidèle à la tradition de son propre pays. Paul-Henri du Limbert rectifie cette erreur avec un argument d'une logique implacable "le chef de l'état s'inscrit très exactement dans la tradition française"  et balaye la politique étrangère de la France en quelques phrases mentionnant en deux mots Valéry Giscard d'Estaing, puis François Mitterrand pour finir par Jaques Chirac et Lionel Jospin. Seul Charles de Gaulle est épargné, peut-être un reste de pudeur. L'action de Nicolas Sarkozy s'inscrit donc dans cette glorieuse lignée.

Il semblerait que Paul-Henri du Limbert n'ait jamais eu l'occasion de voir les images de la visite de Jacques Chirac à Jérusalem le 22 octobre 1996 dans la vieille ville où, exaspéré par le comportement des forces de sécurité israéliennes, il explose " This is not a method, this is provocation !" L'assimilation de la position tenue lors la guerre du Golfe en 2003 lorsque Jacques Chirac s'oppose à George W. Bush affirmant  que "la guerre est toujours la pire des solutions" et brandit la menace d'un veto français à l'ONU contre une intervention militaire des Etats-Unis, à  l'alignement de Nicolas Sarkozy sur les positions américaines semble pour le moins surréaliste.

Mais cela n'est que l'introduction de l'édito qui se termine en apothéose " Comment, lorsque l'on est de gauche s'opposer à un homme qui fait de la régulation mondiale son combat ? Comment, lorsque l'on est de gauche, s'opposer à un homme qui entend combattre la spéculation sur les marchés agricoles, car elle crée les émeutes de la faim? Comment, enfin, lorsqu'on est de gauche, s'opposer à quelqu'un qui, sur tous ces sujets, a la même vision que Dominique Strauss-Kahn?"

Tout d'abord, Paul-Henri du Limbert est visiblement d'une naïveté désarmante, mettant sur le même plan les promesses et les actes de Nicolas Sarkozy. Aurait-il oublié les promesses du candidat Sarkozy sur le pouvoir d'achat, ou bien est-il de ceux pour lesquels la politique ultralibérale a permis une augmentation du pouvoir d'achat ? Aurait-il oublié les promesses du ministre Sarkozy sur la garantie que GDF ne serait pas privatisé ?

Mais la réponse à la question posée par Paul-Henri du Limbert est simple, il suffit pour s'opposer à cet homme-là de vouloir simplement la mise en œuvre d'une politique de gauche, d'une vraie politique de gauche au niveau international et pas d'effets d'annonces et d'aménagement à la marge pendant que l'on continue à déréglementer, à délocaliser et à démolir à tour de bras.

Paul-Henri du Limbert serait-il donc tellement naïf qu'il pense qu'il peut dénoncer une contradiction à gauche en prenant pour seul exemple Dominique Strauss-Kahn, serait-il donc tellement naîf pour penser que la simple évocation de ce nom ferait taire toutes autres voix à gauche.

Comment quand on est aussi naïf peut-on être éditorialiste ?

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 08:15

"Il ne faut pas s’interdire, non plus, de réfléchir à la pertinence de l’embauche à vie des fonctionnaires" a déclaré Christian Jacob, président du groupe UMP à l'assemblée nationale et ministre de la fonction publique de 2005 à 2007, dans une interview accordée au mensuel Acteurs publics.

Cette déclaration s'inscrit dans la droite ligne de la déclaration de Laurence Parisot le 30 août 2005 dans le Figaro "La vie, la santé, l'amour sont précaires. Pourquoi le travail échapperait-il à cette loi?" Il n'y a là rien de surprenant, l'UMP déclinant docilement les thèses du MEDEF. Monsieur Jacob, dans son zèle à servir ses maîtres, semble cependant oublier que les fonctionnaires ont encore, malgré la dernière réforme, le droit de prendre la retraite et de ne pas mourir au travail.

Et, puisqu'il ne faut pas s'interdire de réfléchir à la pertinence de la précarité, ne serait-il pas temps de s'interroger aussi sur la pertinence de la détention à vie et au-delà par héritage, des capitaux des entreprises ?

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 17:25

Dans un journal le 10 novembre, un article consacré à une action militante indique "La question des 25 millions d’euros supplémentaires engendrés par les protestations reste ouverte"

Il est classique lors de mouvements sociaux ou de contestations de voir apparaître des chiffrages sur les coûts de ces mouvements,  le journal Les Échos le 27 octobre indiquait que "Bercy évalue le coût des grèves entre 200 et 400 millions d'euros par jour." Aucune indication n'était donnée ni sur le champ ni sur le mode de calcul. L'article du 10 novembre est tout aussi discret, et en omet même de citer la provenance de ce chiffre.

Au fond, l'argument du coût des grèves, manifestations, mouvements divers n'est pas nouveau et cet article du 10 novembre n'aurait pas du retenir l'attention. Cet article dont le titre est "Quelle réponse au barnum antinucléaire?" traite du train de déchets nucléaires et des nombreux mouvements de protestation qu'il a suscités. Le seul point surprenant est que cette question du coût est posée dans le journal L'Humanité.

L'on peut entendre que le choix soit de critiquer le mouvement antinucléaire, l'on peut estimer que ceux qui ne croient pas au nucléaire en 2010 sont les mêmes que ceux qui ne croyaient pas à la ligne Maginot en 1939, tous les arguments sont en principe audibles. Mais l'argument du coût est pour le moins surprenant, pouvant légitimer les discours réactionnaires des descendants des maîtres des forges sur le coût exorbitant de la grève.

Quelles que soient nos positions politiques à gauche, certains arguments sont irrecevables.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article