Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 15:19

Thierry Rolland a été invité lors d'une émission de Canal+ à commenter les propos nauséeux tenus par Louis Nicollin à la suite du match Auxerre Montpellier. Il avait traité le capitaine d'Auxerre de "petite tarlouze".

Mort de rire il commente "Ça m’a fait marrer. Ma femme m’a dit que je ne devrais pas rigoler à ce genre de choses. Mais j’aime beaucoup Nicollin, je vous le dis très franchement, c’est un de mes amis et sa sortie m’a fait marrer, ce n’est pas grave".

Et lorsque le journaliste a demandé à Thierry Roland ce qu’il penserait si un "grand joueur" se révélait homosexuel, Thierry Roland rajoute "Je trouverais ça spécial parce que, c’est vrai que dans les équipes de sportifs, on n’imagine pas qu’il puisse y en avoir», confie-t-il avant de nuancer: «C’est peut-être une erreur cela dit. Il y en a dans d’autres domaines alors pourquoi n’y en aurait-il pas dans le sport?"

 

Il semblerait que Thierry Rolland soit un journaliste sportif. 

S'il était journaliste il devrait peut-être commencer par se renseigner sur les peines encourues, l'injure publique et non publique est une infraction pénale aggravée par l'homophobie et non pas un sujet de plaisanterie. Il saurait aussi que la discrimination est une infraction pénalement sanctionnée.

Et s'il était journaliste sportif, s'il faisait simplement son travail et connaissait le milieu dont il est présumé parler, il ne trouverait pas "spécial" que des sportifs soit homosexuels. Il saurait que de nombreux sportifs et sportives sont homosexuels, pour reprendre son élégante expression " Il y en a dans d’autres domaines alors pourquoi n’y en aurait-il pas dans le sport?".

Mais Thierry Rolland n'est plus un journaliste sportif, c'est un commentateur de spectacles sportifs. Seule l'audience est importante pour lui, comme l'affirme aussi le président de l'Olympique Lyonnais dont l'entreprise cotée en bourse n'est pas un club sportif mais une entreprise de spectacles sportifs. Seule compte l'audience source de revenus financiers, et pour cela tous les moyens sont bons même les commentaires les plus bassement populistes.

Si Thierry Rolland était encore journaliste sportif il s'intéresserait aux sportives et aux sportifs non pas en tant que marionnettes interchangeables d'un spectacle permanent, mais en temps qu'être humains  qui respirent, qui espèrent, qui souffrent et qui aiment, en tant qu'êtres humains qui vivent.

 

Enfin Thierry Rolland devrait simplement écouter sa femme et se taire.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 22:59

J'ai voulu publier un commentaire le mardi 3 novembre sur votre site internet suite à un article que vous avez consacré aux propos de Louis Nicollin tenus après le dernier match de son équipe. Vous avez refusé ce commentaire, refus qui relève de votre choix de gestionnaire de site.

Ce qui est plus surprenant c'est la motivation du refus "Votre message et/ou contenu n’a pas été publié. En effet, selon la ligne de conduite de notre journal, Le Parisien/Aujourd’hui en France, les propos résolument agressifs dirigés à l’encontre d’une marque, d’un produit, d’un organisme, ou d’une personne ne sont pas admis sur cet espace.".

Le commentaire que je proposais reprenait les propos de Louis Nicollin et rappelait la nécessité de sanction à l'encontre de propos homophobes, sexistes et violents.

Mais ce sont mes propos et  non ceux de  Louis Nicollin que vous jugez "résolument agressifs" et que vous refusez donc de publier.

Devrais-je donc m'abaisser à utiliser le vocabulaire de Louis Nicollin pour me conformer à votre ligne de conduite ?

 

Ai-je besoin de vous préciser que j'apprécierais d'obtenir une réponse à ce courrier.

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 23:33

Louis Nicollin, président du Montpellier Hérault Sport Club a commenté samedi soir le match qui avait opposé l'équipe d'Auxerre à Montpellier, traitant Benoît Pedretti, capitaine d'Auxerre de "petite tarlouze" et lui promettant un match retour musclé "Pedretti a tout commandé sur le terrain, mais celui-là quand il viendra à la Mosson, on va s’en occuper".

Quelques associations avaient immédiatement réagi à ses propos. Mais Benoît Pedretti a déjà annoncé ne pas vouloir porter plainte, " On sait que c’est quelqu’un d’entier. Il a dit ça sous le coup de l’énervement.".

Louis Nicollin dans l'Equipe de lundi a précisé sa pensée " On a le droit de s’exprimer à la fin du match quand même. Ce que j’ai dit ne regarde que moi, Benoît Pedrretti et Jean Fernandez On peut se parler, se dire les choses. On est des hommes, pas des gonzesses.»

 

A ce niveau là ce n'est plus un dérapage.

Il y a une semaine des incidents ont accompagné l'annulation pour le moins tardive du match PSG OM. Ces incidents ont entrainé les habituelles déclarations indignées des politiques et des dirigeants sportifs, et les condamnations à de la prison ferme en comparution immédiate de trois  jeunes dont deux contestent les faits et dont encore une fois l'on ne sait pas très bien s'ils sont auteurs des actes incriminés ou s'ils ont couru moins vite que les autres…

 

Les mêmes politiques et dirigeants sportifs semblent moins indignés et plus discrets après les propos de Louis Nicollin qui réussit pourtant la performance d'enchainer homophobie, incitation à la violence et sexisme même si le dérapage verbal à répétition semble devenir une tradition montpelliéraine dont Monsieur Frêche serait le leader.

 

Quelle que soit la position de Benoît Pedretti, ce pseudo dérapage fort bien contrôlé de Louis Nicollin doit être sanctionné, la lutte contre le racisme, le sexisme, l'homophobie et toutes les formes de violence doit être poursuivie sans cesse. Si les dirigeants du foot français laissent passer de tels faits sans une sanction exemplaire quelle crédibilité pourra avoir l'action quotidienne des éducateurs auprès des jeunes….

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 22:47

Le Parti socialiste a détaillé ce mercredi sa politique du logement dans le cadre de son contre-plan de relance et a annoncé qu'il allait lancer des "kebab débats" dans les quartiers pour "écouter" et "travailler sur la question des droits de l'Homme dans les cités".

Il s'agit d'organiser des rencontres de proximité d'abord pour écouter" et "pour travailler sur la question des droits de l'Homme dans les cités", a déclaré Marianne Louis, secrétaire nationale chargée de la politique de la ville, lors d'une conférence de presse.

Le terme "kebab débats" ne sera pas le nom définitif, a assuré Mme Louis relevant que dans les quartiers "il n'y a pas beaucoup de cafés mais il y a beaucoup de kebabs au pied des immeubles" (1)

 

L'idée est peut-être séduisante, mais les termes employés ici sont quelque peu surprenants.

Aux droits de l'Homme, et même avec une majuscule, l'on aurait pu préférer les droits de l'être humain et aborder aussi la question de la place des femmes.

Et les kebabs sont-il donc emblématiques des quartiers et des cités ? Une rapide recherche sur internet m'a permis d'apprendre qu'en 2008 l'on pouvait noter la forte présence du kebab en France puisque près de 10 000 points de restauration ont été recensés réalisant près de 1.1 milliard d’euros de chiffres d’affaires, les Français ont avalé près de 245millions de kebabs soit 14% des sandwichs vendus. Ils ne sont certainement pas vendus exclusivement en banlieue et la plupart des habitants des banlieues ont une alimentation diversifiée, en terme zoologique ils sont omnivores !

 

 

Tant qu'il y aura d'un coté les restaurants où l'on sert des bavettes aux échalotes et de l'autre coté des chinois ou des couscous, tant qu'il y aura des cafés ou l'on sert des jambon-beurre et de l'autre coté des kebabs, il ne servira à rien de parler des droits de l'être humain. Arrêtons de stigmatiser, même, et surtout si l'on veut re-venir ou venir au contact des populations de nos villes.

 

 

 

(1) Lexpress.fr, publié le 18/03/2009 13:58 http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-ps-lance-des-kebab-debat_747725.html

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 21:02

Le lundi 17 novembre à 16 heures, Danièle Hoffman-Rispal, vice-présidente ouvre à 16 heures la séance de l'assemblée nationale par ces mots "J’ai la tristesse de faire part du décès de notre collègue Jean-Marie Demange, député de la neuvième circonscription de Moselle. J’invite l’Assemblée à observer une minute de silence"

 

Mme et M. les membres du gouvernement et Mmes et MM. les députés se lèvent et observent une minute de silence).(1)

 

L'observation d'une minute de silence au décès d'un député est habituelle à l'assemblée nationale. Avant de se suicider, Jean-Marie Demange a assassiné sa compagne qui "a été battue pendant près de dix minutes par Jean- Marie Demange, puis elle est morte "instantanément" de blessures à la tête causées par un ou plusieurs tirs de revolver de calibre" (2)

 

Cette minute de silence est-elle donc une provocation à l'égard de toutes celles et tous ceux qui se battent contre les violences faites aux femmes, la marque d'une infifférence ou la triste conséquence de la manière dont les membres de la représentation nationale sonjt informés?

 

(1) http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009/20090062.asp#P63_1837

(2) http://www.lepoint.fr/actualites-societe/un-depute-ump-jean-marie-demange-se-donne-la-mort-apres-avoir-tue/920/0/292036

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 14:20

parfois à des rapprochements surprenants.

 

Une dépêche de l'AFP du 18 octobre indique que " La fédération héraultaise du Parti socialiste a officiellement demandé vendredi la réintégration dans le parti de Georges Frêche, le président de la région Languedoc-Roussillon, qui en avait été exclu en janvier 2007 après des dérapages verbaux". Le congrès de Reims devra statuer sur cette demande. Ce congrès promettait déjà d'être animé, cette question là n'est sûrement pas pour apaiser les débats. En effet, les dérapages verbaux dont il est question sont des propos racistes tenus par Georges Frêche en réunion du conseil d'agglomération, mais dérapages qui semble-t-il étaient loin d'être les premiers.

 

Une semaine avant, dans son édition du 11 octobre, un article de Stéphanie Le Bas dans le Monde nous apprenait que Benoît XVI avait de nouveau plaidé, jeudi 9 octobre, pour la béatification du pape Pie XII. Pie XII a été pape du 2 mars 1939 au 9 octobre 1958, et s'est fait remarqué par un assourdissant silence pendant la déportation et le massacre de millions de personnes organisés par l'Allemagne nazie avec la complicité active de trop nombreux gouvernements européens. Benoit XVI justifie ce silence " Souvent c'est dans le secret et le silence qu'il a agi parce que justement, à la lumière des situations concrètes de la complexité de ce moment historique, il avait eu l'intuition que c'est seulement de cette manière que l'on pouvait éviter le pire et sauver le plus grand nombre possible de juifs", a défendu le pape" mais comme le souligne Stéphanie le Bars " L'analyse complète de cette époque par les historiens demeure soumise à l'ouverture de l'ensemble des archives du Vatican.", ouverture qui relève de la décision de Benoit XVI qui apporterait là des éléments tangibles concernant la position de Pie XII et de l'ensemble de l'Eglise catholique pendant la guerre et l'après guerre.

 

Ces deux éléments, outre la proximité dans le temps de ces deux informations, ont un point commun, une institution évacue un comportement, des propos qui dans les deux laissent apparaître une vision raciste de l'humanité. Certes, l'on pourra disserter longuement pour savoir si le comportement de l'un ou les propos de l'autre ont le même degré, la même dangerosité..  Mais la question n'est pas une question de degré, tous les comportements racistes sont condamnables, et il y a une continuité mortelle du dérapage verbal à la purification ethnique.

Les décisions à prendre par le PS et par l'Eglise catholique dans ces deux cas sont attendues et seront lues avec beaucoup d'attention par les militants antiracistes certes mais aussi par les tenants de la supériorité de la race blanche pour y trouver le cas échéant  un nouvel appui pour leurs thèses nauséabondes.

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 22:31

Selon le quotidien Al Jarida Al Oula du 1er septembre, Cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Maghraoui a lancé sur le site Internet maghrawi.net une fatwa autorisant le mariage des fillettes à partir de l’âge de neuf ans. "Il nous a été dit et nous avons vu que les filles de neuf ans ont la capacité de se marier autant que les filles âgées de 20 ans et plus", sa théorie s’appuyant sur l’histoire du Prophète Mahomet, qui se serait marié avec Aïcha alors qu’elle avait neuf ans.

Le Conseil supérieur des oulémas du Maroc a dénoncé le 21 septembre cette fatwa. Quelques heures après cette condamnation, le parquet de Rabat a ouvert une "enquête judiciaire approfondie" sur Cheikh Mohamed ben Abderrahmane Al-Maghraoui,

 

Pour ceux qui se préparent à entonner le refrain classique sur l'obscurantisme musulman ou  le choc des civilisations, il n'est pas inutile de rappeler que, au Maroc,  le code de la famille promulgué en 2004 fixe à 18 ans l'âge légal du mariage pour les hommes comme pour les femmes. En France, pays des droits de l'homme, mais pas toujours de la femme, il a fallu attendre 2006 pour que l'âge légal du mariage soit fixé à 18 ans pour les femmes comme pour les hommes.

 

Cette fatwa a été condamnée, et c'est une excellente nouvelle.

Mais même dans la condamnation certains points restent inquiétants. Tout d'abord la chronologie, le paquet de Rabbat n'a ouvert une enquête que après la décision d'un organisme composé de religieux, alors que la question posée relevait de la pédophilie.

D'autre part la décision du Conseil supérieur des oulémas se fonde sur le fait que les hadiths cités comme référence indiquent que l’union et sa consommation se sont déroulées plusieurs années après l’acte.

 

L'aspect religieux a été traité en premier, au niveau chronologique et plus grave peut-être sur le fond de la question, en effet la réponse donnée par le Conseil supérieur des oulémas ne se fonde que sur un texte religieux vieux de plusieurs siècles

Le droit n'est pas une émanation abstraite, vérité révélée et transmise de générations en générations, le droit est la traduction concrète de l'état des rapports économiques et sociaux au sein d'une société.

Même si en l'occurrence la réponse religieuse va, ou semble aller, dans le bon sens. Elle semble aller, en effet, car si elle condamne la fatwa incriminée, elle ne prend visiblement pas une position claire sur l'âge du mariage pour les femmes, n'évoquant qu'une consommation plusieurs années après, ce qui à contrario n'interdit pas la conclusion de mariage et à fortiori des mariages arrangés pour des filles très jeunes.

Les questions qui traversent nos sociétés, toutes nos sociétés, la place des femmes, l'homosexualité, le droit à la contraception, à l'avortement.. ne peuvent et ne doivent pas être traitées en regardant en arrière et en appliquant des principes religieux qui ne sont que la traduction d'un ordre social ancien. Si les religions peuvent légitiment parler des notions abstraites de bien et de mal, il ne leur appartient nullement de dire le droit, c'est aux vivants qu'il appartient en fonction de l'état actuel de nos réflexions de construire le monde d'aujourd'hui, non aux exégèses de textes millénaires…

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 22:33

L'hebdomadaire Le Point  du 31 juillet contient une information concernant Enrico Berlinguer qui selon le "Dictionnaire des homosexuels et bisexuels célèbres" (Delétraz), de Michel Larivière était homosexuel, ce qui d'après cet hebdomadaire serait une gaffe, Berlinguer ayant été marié et père de 4 enfants.

Et précise Le Point "Une gaffe d'autant plus inconcevable pour les Italiens, de gauche comme de droite, qu'Enrico Berlinguer est le symbole d'une rigueur morale souvent citée comme contre-exemple des coutumes de l'actuelle classe politique."

 
Faut-il comprendre dans ces propos que la rigueur morale et l'homosexualité sont incompatibles ? La question posée par ce genre de propos n'est pas une question de rigueur morale, mais une question de rigueur intellectuelle et d'éthique.

 

L'homosexualité n'est ni une perversion ni une immoralité, alors, erreur ou retour de l'ordre moral ?

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 22:32

Le parlement examine un  projet de loi relative à l'adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations. L'alinéa 4 de l'article 2 précise, d'une manière surprenante, " Le présent article n’interdit pas d’organiser des enseignements en regroupant des élèves en fonction de leur sexe."

 

Il n'est pas inutile de rappeler que, actuellement, l'article L.121-1 du code de l'éducation prévoit que " Les écoles, les collèges, les lycées et les établissements d'enseignement supérieur sont chargés de transmettre et de faire acquérir connaissances et méthodes de travail. Ils contribuent à favoriser la mixité et l'égalité entre les hommes et les femmes, notamment en matière d'orientation".

 

Quel serait donc l'objectif de cette nouvelle mesure ?

Les contenus des enseignements pour les filles et pour les garçons seraient-ils différents ou bien est-ce un gage donné aux fondementalistes et intégristes de toutes religions ?

 

La lecture de l'allocution prononcée par Nicolas Sarkozy le 20 décembre 2007 à Rome est en ce sens instructive. "je veux dire également que, s‘il existe incontestablement une morale humaine indépendante de la morale religieuse, la République a intérêt à ce qu‘il existe aussi une réflexion morale inspirée de convictions  religieuses. D‘abord parce que la morale  laïque risque toujours de s‘épuiser quand elle n‘est pas adossée à une espérance qui comble l‘aspiration à l‘infini"  Je crains que ce qui s'épuise dans ces positions c'est la volonté forte de conserver un sens à la laïcité.
 

Les filles et les garçons ont les mêmes droits et notamment les mêmes droits à une éducation libre, laïque et gratuite.

Nous venons de commémorer le 20ème anniversaire de l'assassinat en France de Dulcie September, représentante de l'African National Congress. Dulcie September se battait comme tous ses camarades pour une Afrique du Sud non raciste et non sexiste.

Le plus bel hommage que nous puissions aujourd'hui lui rendre est de poursuivre son combat, partout dans le monde, et y compris chez nous.

 

 


 

 


Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article