Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 22:46

Pierre-Henri Lab signe un article dans l'humanité du 18 mars " La prétendue efficacité de la taxe carbone". Les arguments avancés sont assez classiques. Ce qui est plus surprenant ce sont les éléments avancés pour justifier cette position.

 

L'exemple du Danemark est cité comme exemple d'inefficacité ayant instauré sa taxe carbone en 1992 "entre cette date et 2007 en émission de CO2… selon la Banque mondiale… en tonnes, par an et par habitants le Danemark est passé de 10,42 à 11,47" Sur le site de la banque mondiale sont disponibles les émissions de CO2 (tonnes par habitant) pour les années de 1960 à 2005. En 1992, pour le Danemark le montant est de 10.55 et en 2005 de 8,51, ces émissions auraient-t-elles augmenté de 2005 à 2007 ?

Selon cet article, la Suède est le seul pays ayant mis en place une taxe carbone dont la courbe d'émission a diminué. Ce pays s'est fixé pour objectif de ne plus être dépendant du pétrole en 2020, et, déjà détenteur d'un parc électronucléaire important, se tourne vers l'hydraulique et les agrocarburants. Selon les mêmes sources trouvées sur le site de la Banque mondiale, les émissions par an et par habitant de 1992 à 2005 sont passées de 5,94 à 5,38 soit -9,43%. Pour la France qui possède aussi un parc électronucléaire important ces émissions sont passées de 6,42 à 6,21oit -3,30%.

Au vu des ces données, l'inefficacité de la taxe carbone ne me semble pas aussi clairement démontrée.

 

Pour poursuivre la démonstration, il est fait ensuite appel à une publication de l'OCDE. qui note que les "exemptions de taxes décidées par les Etats "tendent en général à réduire l’efficacité de la protection de l’environnement assurée par les taxes, ainsi que l’efficience économique de l’application des objectifs des politiques environnementales."

Il aurait été possible d'extraire de ce rapport " Il ne fait pas de doute que de nombreuses taxes environnementales contribuent à l’amélioration de l’environnement. Leur augmentation se traduit par une hausse des prix qui a pour effet de réduire la demande de produits préjudiciables à l’environnement".

Il aurait été aussi pertinent d'en citer la fin "Ces dix dernières années, l’utilisation de taxes liées à l’environnement a progressé régulièrement dans les pays de l’OCDE…L’expérience acquise au cours des dernières décennies montre que ces taxes peuvent jouer un rôle efficace à l’appui des politiques environnementales.

L’efficacité environnementale et l’efficience économique des taxes liées à l’environnement appliquées dans les pays de l’OCDE pourraient cependant être améliorées si les exemptions et les autres dispositions spéciales en vigueur étaient abandonnées progressivement, et si le niveau des taxes correspondait mieux à l’ampleur des impacts environnementaux négatifs auxquels il faut faire face".

 

Le danger majeur à utiliser les arguments des capitalistes est que souvent ils se retournent contre nous et produisent la réponse du capital en concluant que la taxe carbone serait plus efficace si son montant en était plus élevé.

Il serait peut-être souhaitable de réfléchir enfin aux enjeux environnementaux. Le capitalisme vert n'apportera de réponses que par le marché, si l'on veut traiter à la fois ces enjeux et les urgences sociales il est urgent d'inventer des réponses autres que financières.

 

Repost 0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 16:44
Lu en première page de l'Humanité, L'abstention, en hausse vertigineuse, sanctionne la majorité.  Et un peu plus loin, Pierre Laurent, tête de liste du Front de Gauche en Ile-de-France commente son résultat " Ce résultat est en légère progression par rapport au score du Front de gauche aux élections européennes. Notre force devient ainsi incontournable et utile à la gauche pour la future assemblée régionale".

 

Certes, le Front de gauche se maintient par rapport au score des élections européennes, de 176. 862 à 189.187 voix, mais si l'on compare au résultat obtenu par la liste conduite par Marie-George Buffet aux élections régionales de 2004, le résultat est tout autre, avec 74.733 voix de moins soit une baisse de 28%. Le taux de participation était en 2004 de 61,17%, contre 42,06% aux élections européennes, et 43,89% hier.

D'autre part, ces chiffres d'abstention sont encore plus impressionnants rapprochés de la population francilienne. Selon le dernier recensement de 2006, l'Ile-de-France compte 8.845.878 habitants de 18 ans et plus, alors que le nombre d'inscrits sur les listes électorales était de 6.764.664, soit un taux d'inscription de 76,47%. Le nombre de bulletins exprimes représente donc 32,66% des habitants…

Mais pour ces mêmes élections régionales, les listes conduites par Jean-Paul Huchon avec 729.861voix et Cécile Duflot avec 479.039 voix progressent de 38.442 voix par rapport au résultat de 2004 de la liste PS Verts.

Il semble que l'abstention, en Ile-de-France, n'ait pas sanctionné que la majorité et nous concerne aussi !

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 22:23

Les JO de Vancouver se terminent à peine, et déjà l'heure est au bilan. Denis Masseglia, président du Comité national olympique, a exprimé sa satisfaction dans le journal La Croix, du 28 février "Le total de médailles est conforme à nos prévisions".

Et il précise que ce résultat est atteint alors que " L’environnement concurrentiel est beaucoup plus universel qu’auparavant". La lecture des résultats peut laisser dubitatif quant au caractère universel de ces JO. En effet, si l'on se réfère aux données disponibles sur le site officiel, 258 médailles ont été distribuées, elles se répartissent ainsi 161 en Europe, 63 en Amérique, Etats-Unis et Canada, 31 en Asie, Japon, Chine, Corée, Kazakhstan et 3 en Océanie, Australie. Visiblement l'universel exclut la totalité de l'Afrique, l'Amérique latine, et la majorité de l'Asie. Des jeux olympiques de pays riches ?

Denis Masseglia se satisfait que l'équipe de France ait égalé sa meilleure performance, celle de Salt Lake City, 11 médailles, ce qui la positionne au dixième rang des médailles, derrière notamment la Norvège, avec 23 médailles pour une population de 4, 9 millions d'habitants. En effet dans le domaine sportif, tous les participants sont présumés égaux au départ de la compétition, la Chine avec son milliards trois cent cinquante millions d'habitants et l'Estonie avec un million trois cent mille habitants.

Les grandes compétitions sportives internationales seraient elles le symbole  le plus éclatant  de l'égalité des chances prônée par le libéralisme ambiant.

Pour équilibrer les comparaisons, d'autres critères pourraient être intégrés. Un classement basé non sur le nombre de médailles mais sur le nombre de médailles rapporté à la population totale donnerait d'autres résultats. Le podium serait alors le suivant: Norvège, une médaille pour deux cent dix mille habitants, Autriche une médaille pour cinq cent vingt mille habitants et la Slovénie avec une médaille pour six cent quatre-vingt milles habitants. Les Etats-Unis seraient loin derrière avec une médaille  pour huit millions d'habitants, et la Chine en fin de peloton avec une médaille pour cent vingt trois millions d'habitants.

Ce type de comparaison, non basée uniquement sur le résultat, devrait inciter à un peu plus de modestie et à s'interroger sur les notions même de classement.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 17:26

Depuis octobre 2009, la Fédération française de football a durci ses règles : impossible d'inscrire un mineur sans-papiers. Cette information est reprise sur quelques sites internet accompagnée des explications données par la FFF " Cette règle existe pour éviter le trafic de jeunes mineurs". L'on ne peut que se féliciter que les structures du football se préoccupent du trafic de joueurs et mettent en place des procédures de contrôle, mais quel rapport entre un mineur dont les parents sont en situation irrégulière et le trafic de joueurs ?

J'ai donc essayé de comprendre un peu mieux la règle applicable. Etant conseiller municipal chargé du sport à Arcueil, j'ai téléphoné au district du Val de Marne: accueil très agréable et très efficace, sans nul doute je ne suis pas le premier à appeler, la délivrance des licences relève de la ligue de football île de France. Mon interlocutrice m'en donne le numéro de téléphone, en me souhaitant une bonne journée.

Deuxième appel, à la ligue cette fois-ci. Là non plus je ne dois pas être le premier, mais le ton change Franchement énervé on me répond qu'on applique le règlement parce que c'est le règlement, que ce n'est pas nous, c'est la FIFA qui nous l'a imposé.
Donc vous n'appliquez pas le règlement de la FFF ? Le règlement de la FIFA est repris dans le règlement de la FFF et vous n'avez qu'à appeler la Fédération. Mon interlocuteur ne me souhaite pas une bonne journée, et ne me donne pas le numéro de téléphone.

Troisième appel, un interlocuteur, deux interlocuteurs, et le service compétent. Compétent sans aucun doute et une très bonne connaissance de la question sur le plan juridique, cependant un peu agacé. La FFF applique le règlement de la FIFA, c'est une obligation et elle retranscrit le règlement FIFA dans le règlement FFF article 106.  Mon interlocuteur reconnait que cet article qui commence par "1. En application des Règlements de la FIFA., un joueur venant de l'étranger et quittant une Association nationale affiliée à la FIFA. peut introduire une demande de licence pour le club français de son choix." ne vise pas visiblement l'attribution de la première licence, mais uniquement le cas d'un étranger déjà licencié hors Union européenne. Mais précise-t-il au 1er octobre une nouvelle rédaction intègrera la totalité de la réglementation FIFA, réglementation contenue dans l'article 9.

Après vérification l'article 9 précité " 1. Un joueur enregistré auprès d’une association ne peut être enregistré auprès d’une nouvelle association que lorsque celle-ci est en possession d’un Certificat International de Transfert (CIT) établi par l’ancienne association. Le CIT est à délivrer sans condition, gratuitement et sans limite temporelle. Toute autre disposition contraire sera considérée comme nulle et non avenue. L’association qui délivre le CIT est tenue d’en soumettre une copie à la FIFA. Les détails concernant la procédure administrative à suivre pour la délivrance du CIT figurent dans l’annexe 3 du présent règlement. 2. Un CIT n’est pas requis pour un joueur âgé de moins de 12 ans" Il semble bien là aussi que ce dispositif ne vise que les joueurs déjà licenciés à l'étranger…

 

Encore une fois, un dispositif juridique confus, mis en œuvre par des services dont on peut se demander s'ils ont lu le règlement, et appliqué de manière très restrictive et dans un but qui n'est pas le sien, sans grand risque. quelle famille en situation irrégulière fera un recours contre une décision de refus ?

Il est inconcevable d'en accepter une telle application, mes interlocuteurs ayant été charmants, je suis tout à fait disposé à aller me refaire expliquer la règle, de vive voix cette fois-ci, à partir d'un refus.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 16:24

Les XXIème  Jeux olympiques d'hiver vont se terminer le 28 février, 8 jours avant la journée internationale des femmes, hasard du calendrier ou choix délibéré ?

Les jeux olympiques modernes ont eu lieu pour la première fois à Athènes en 1896, et dès la IIème édition, à Paris en 1900, des sportives ont participé aux épreuves. Mais au-delà de la position de principe les chiffres traduisent  surement mieux la place donnée aux femmes dans la pratique sportive.

Paris 1900, les femmes sont présentes, 975 hommes, 22 femmes soit 2,21% du total. Les jeux olympiques d'hiver débutent mieux, à Chamonix en 1924, 11 femmes, 247 hommes et 11 femmes soit 4,26%.

Il faudra attendre les jeux olympiques d'hiver de Garmisch-Partenkirchen en 1936 et ceux d'été d'Helsinki en 1952 pour dépasser les 10% de participation féminine. Les 20% ne seront dépassés qu'en 1972 à Sapporo et Montréal en 1976. A Turin en 2006, le pourcentage était de 38,28%  et à Athènes en 2004 de 40,74%.

Les chiffres donnés ici sont tous issus du très officiel site du CIO, qui ne fournit pas de données détaillées pour certaines éditions notamment Pékin 2008 et Vancouver  2010, peut-être une certaine gène à afficher un tel retard.

 

Mais ne nous y trompons pas ces données ne sont pas anecdotiques. La pratique sportive est aussi fonction de l'image que les médias donnent du sport, ou plus souvent des spectacles sportifs. Cette image est aujourd'hui très majoritairement celle d'un sport masculin; combien d’entre nous sont capables de donner le nom de la capitaine de l’équipe féminine de France de football, quart de finaliste de la coupe du monde 2009 ?

C'est à tous les niveaux que le monde sportif doit évoluer pour permettre un réel accès de toutes et de tous aux pratiques sportives de leur choix.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 09:45

Chateaubriand dans le Génie du christianisme s'interrogeait sur le remords et la conscience: "O conscience ! ne serais-tu qu'un fantôme de l'imagination, ou la peur des châtiments des hommes ? je m'interroge ; je me fais cette question : « Si tu pouvais par un seul désir, tuer un homme à la Chine et hériter de sa fortune en Europe, avec la conviction surnaturelle qu'on n'en saurait jamais rien, consentirais-tu à former ce désir ?".

Cette interrogation est assez connue, et a été souvent commentée et même attribuée à Rousseau, mais qu'importe son origine. Cette question n'était qu'un problème théorique.

Mais grâce au génie, non du christianisme cette fois, mais de la finance la question est devenue une question pratique, même si elle est un petit peu modifiée dans ses termes. « Si tu pouvais par un seul désir, exploiter des enfants, ruiner des populations entières dans les pays en voie de développement, pousser au suicide des salariés, précariser des millions de personnes et obtenir une rentabilité maximale de tes placements financiers, avec la conviction  qu'on ne rapprocherait jamais les deux bouts de la chaine, consentirais-tu à former ce désir ?".

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Mondialisation...
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 08:49

Pierre Rousselin a signé un éditorial très significatif dans le Figaro le 13 janvier 2010 intitulé "Haïti, la malédiction"..

La malédiction évoquée visée semble être, dans un premier temps, celle de la nature qui " semble s'acharner avec une terrible cruauté sur l'un des pays les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète". Force est de constater la  violence de ce séisme, même si le choix du terme "malédiction" pourrait laisser supposer la présence d'une force supranaturelle choisissant de frapper ici ou là.

Par contre, si la violence de ce séisme est une donnée sur laquelle aucune action n'est possible, l'impact de ce séisme est directement fonction de l’état des bâtiments et des normes antisismiques mises en œuvre, ou non, lors de leur construction. Au Japon, le même seisme n'aurait pas eu le même impact sur les bâtiments.

 

" Haïti ne peut rester éternellement un puits de misère," écrit-il, comment ne pas être d'accord avec une telle déclaration. Mais ensuite Pierre Rousselin s'égare ou est bien mal informé, il cite bien, et à juste titre " trois décennies de dictature des Duvalier" mais il oublie malencontreusement les conditions de l'indépendance ; c'est là un point commun à la plupart des commentateurs.

En effet, si il est de bon ton de rappeler l'ancienneté de l'indépendance d'Haïti, il semble que l'on ait oublié les conditions financières qui l'ont accompagnée.

 

Le 17 avril 1825 une ordonnance de Charles X prévoyait dans son article 2 "Les habitants actuels de la partie française de Saint-Domingue verseront à la Caisse des Dépôts et Consignations de France en cinq termes égaux, d'année en année, le premier échéant au 1er décembre 1825, la somme de cent cinquante millions de francs, destinée à dédommager les anciens colons qui réclament une indemnité".

Ce montant fut toutefois révisé en 1838 et réduit à 60 millions. Ce montant fut réglé en ayant recours à un emprunt qui fut remboursé pensant un siècle.

 

Cette malédiction ainsi évoquée est-elle donc celle d'une puissance surnaturelle ou celle de l'ancienne puissance coloniale ?

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Mondialisation...
commenter cet article
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:29

Monsieur le Président de la République

 

Vous avez affirmé, à propos de l'affaire Polanski : " … Ce n’est pas une bonne administration de la Justice que de se prononcer trente-deux ans après les faits, alors que l’intéressé a aujourd’hui soixante-seize ans" (Le Figaro du 15. 10. 2009). Cet énoncé n’est pas une opinion, vous avez au contraire rappelé-là un principe fondamental du Droit : vous avez évoqué la nécessité impérative de limites temporelles dans l’exercice de la Justice pénale, principe affirmé "en doctrine, en norme et en jurisprudence" Faute de quoi, une justice se voulant "infinie" reviendrait à une théologie de la vengeance.

 

Sur l'affaire qui est à l'origine de votre mise au point essentielle, M. le Président, il a été écrit : " il existe un seul argument en faveur de Polanski, mais un argument décisif : le temps... " Le Droit romain, déjà, considérait que l’écoulement des décennies éteint progressivement le trouble provoqué par l’acte d’origine, "et cela traduit, dans toutes les cultures, un principe plus élevé de civilisation" Si l’on se tient à ce principe, nul privilège donc, pour quiconque : seulement "un plaidoyer logique, général, égal pour tous".

 

Vous conviendrez que l’évoquer dans un cas pour déroger aussitôt à son application dans un autre serait pire encore que de l'ignorer.

 

Or, M. le Président, au moment même où vous faisiez cette déclaration, deux ressortissants allemands, Sonja Suder et Christian Gauger, respectivement âgées de soixante-seize et soixante-huit ans, se voyaient notifier un décret d’extradition en vertu d’accusations remontant à plus de trente ans, concernant des faits à caractère politique survenus dans le contexte des mouvements sociaux radicaux des années soixante-dix en Allemagne.

 

En vous écrivant, M. le Président, nous nous sommes interdit de faire valoir comme argument nos affects et nos propres jugements de valeur sur des contextes historiques et sociaux, et a fortiori sur des personnes : nous nous sommes imposé de nous en tenir ici exclusivement à la lettre du droit.

Avec cette décision, qui relève exclusivement de l’Exécutif, l’État dont vous êtes le premier magistrat pourrait à terme livrer à la Justice allemande deux personnes en vue d'un procès qui se déroulerait bien au-delà des "délais raisonnables" requis pour un "procès équitable". Déjà, l’extradition de Sonja Suder et Christian Gauger signifierait les livrer à une longue détention préventive, puisqu’en vertu des dispositions en vigueur en Allemagne, ils demeurent toujours des prévenus. Il nous semble par ailleurs important de rappeler que cet homme et cette femme ont déjà pâti de cette "justice qui ne renonce jamais". En 2001, en effet, la Chambre de l'instruction de la Cour d'Appel de Paris les a déclarés non-extradables puisque l'Allemagne les poursuivait pour des faits prescrits en droit français. Pourtant, en 2009, cette même Chambre les a jugés extradables pour les mêmes faits, sur la base de la Convention de Dublin, tout récemment applicable, selon laquelle les dispositifs de prescription régissant l’extradition sont désormais ceux du Pays requérant. Or, l'application de cette convention au cas de Sonja Suder et Christian Gauger foule aux pieds deux principes essentiels du Droit, "l'autorité de la chose jugée" et le caractère non-rétroactif des textes répressifs lorsqu’ils aggravent la situation des personnes.

 

Nous ne pouvons penser, Monsieur le Président, que vous n'appliquerez pas pour ces deux personnes le critère que vous avez publiquement défendu. D’autant plus qu’elles justifient pleinement de la "clause humanitaire" prévue par les textes internationaux. Ne serait-ce que pour ces raisons, l’annulation des décrets d'extradition à l'encontre de Sonja Suder et Christian Gauger s’impose.

Il nous semble en outre, Monsieur le Président, que découle également de ce principe de "civilisation juridique", dont la France se réclame, la décision de considérer irrecevable toute requête d'extradition pour des faits remontant à plus d'un quart de siècle.

 

Voilà, Monsieur le Président, ce que nous voulions vous dire, nous qui sommes inquiets aujourd’hui des menaces qui pèsent sur la vie de Sonia Suder et Christian Gauger. Nous vous remercions de l’attention que vous voudrez porter à notre parole.

 

Paris, le 5 Novembre 2009

 

Emmannuelle et Jean-Pierre Bastid, Gilles Berard, Claire Blain-Cramer, François Chouquet, Guido Cuccolo, Claudio Di Giambattista, Aïtor Fernàndez-Pacheco, Claudio Ielmini, Mouloud Kaced, Janie Lacoste, Ezio La Penna, Lucia Martini-Scalzone, Elda Necchi, Isabelle Parion, Claudine Romeo,Luigi Rosati-Elongui, May Sanchez, Oreste Scalzone, Gianni Stefan, Hanlor Tardieu, Jean Michel Arberet…

… pour le réseau StopExtraditions-MaisonsAbris

 

Cette lettre est ouverte à toute personne voulant la co-signer  sur le site http://stopextraditions.info ou à l’adresse contact@stopextraditions.info

Repost 0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 15:34

La disposition des pages 14 et 15, les pages centrales, de l'édition du Monde daté du dimanche 15 et lundi 16 novembre est-elle le fruit du hasard ou un choix éditorial ?

 

A gauche et sur trois colonnes un entretien avec Laurent Collet-Billon, délégué général à l'armement qui déclare "On retrouve les chiffres d'affaire de la grand époque". Il évoque bien sur le marché mondial de l'armement, 70 milliards d'euros cette année, et la France va exporter pour 7 milliards d'euros en 2009, la crise se traduisant par 1,4 milliards de crédits supplémentaires dans le cadre du plan de relance.

Le secteur se porte visiblement à merveille.

 

Au centre de la double page et sur six colonnes, le visuel d'Action contre la Faim "Un milliard d'affamés dans le monde. Ne laissons pas l'indifférence les effacer."

 

Enfin les trois colonnes de gauche sont consacrées à un article annonçant que l'Union européenne est sortie de la récession. Pour toutes celles et tous ceux qui ne l'auraient pas remarqué dans leur vie quotidienne, quelques "nuances" sont apportées " le taux de chômage pourrait dépasser les 10% de la population active d'ici la fin 2010", "les plans sociaux se multiplient en dépit des mesures de soutien", " il faudra du temps avant que cette reprise technique génère des emplois".

 

Si en ouvrant son journal, l'on survole rapidement ces deux pages centrales de droite à gauche, le contenu en semble plus clair.

La situation de l'Union européenne s'améliore sauf pour les demandeurs d'emplois, les exclus, les salariés pauvres. Mais la situation dans le reste du monde est dramatiquement plus grave, il n'y a donc pas lieu de se plaindre outre mesure, il suffit d'attendre encore quelques années les résultats bénéfiques des plans de relance. Et pour le reste du monde le message est clair, votre situation se dégrade dans l'indifférence générale, mais toute rébellion est inutile, l'empire et les gouvernements de ses états vassaux ont les moyens de maintenir l'ordre.

Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 15:19

Thierry Rolland a été invité lors d'une émission de Canal+ à commenter les propos nauséeux tenus par Louis Nicollin à la suite du match Auxerre Montpellier. Il avait traité le capitaine d'Auxerre de "petite tarlouze".

Mort de rire il commente "Ça m’a fait marrer. Ma femme m’a dit que je ne devrais pas rigoler à ce genre de choses. Mais j’aime beaucoup Nicollin, je vous le dis très franchement, c’est un de mes amis et sa sortie m’a fait marrer, ce n’est pas grave".

Et lorsque le journaliste a demandé à Thierry Roland ce qu’il penserait si un "grand joueur" se révélait homosexuel, Thierry Roland rajoute "Je trouverais ça spécial parce que, c’est vrai que dans les équipes de sportifs, on n’imagine pas qu’il puisse y en avoir», confie-t-il avant de nuancer: «C’est peut-être une erreur cela dit. Il y en a dans d’autres domaines alors pourquoi n’y en aurait-il pas dans le sport?"

 

Il semblerait que Thierry Rolland soit un journaliste sportif. 

S'il était journaliste il devrait peut-être commencer par se renseigner sur les peines encourues, l'injure publique et non publique est une infraction pénale aggravée par l'homophobie et non pas un sujet de plaisanterie. Il saurait aussi que la discrimination est une infraction pénalement sanctionnée.

Et s'il était journaliste sportif, s'il faisait simplement son travail et connaissait le milieu dont il est présumé parler, il ne trouverait pas "spécial" que des sportifs soit homosexuels. Il saurait que de nombreux sportifs et sportives sont homosexuels, pour reprendre son élégante expression " Il y en a dans d’autres domaines alors pourquoi n’y en aurait-il pas dans le sport?".

Mais Thierry Rolland n'est plus un journaliste sportif, c'est un commentateur de spectacles sportifs. Seule l'audience est importante pour lui, comme l'affirme aussi le président de l'Olympique Lyonnais dont l'entreprise cotée en bourse n'est pas un club sportif mais une entreprise de spectacles sportifs. Seule compte l'audience source de revenus financiers, et pour cela tous les moyens sont bons même les commentaires les plus bassement populistes.

Si Thierry Rolland était encore journaliste sportif il s'intéresserait aux sportives et aux sportifs non pas en tant que marionnettes interchangeables d'un spectacle permanent, mais en temps qu'être humains  qui respirent, qui espèrent, qui souffrent et qui aiment, en tant qu'êtres humains qui vivent.

 

Enfin Thierry Rolland devrait simplement écouter sa femme et se taire.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article