Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 19:18

La fête étant finie,  l'Humanité publie des extraits du discours de Pierre Laurent et des comptes rendus de débats tenus à l'Agora, et je dois avouer rester parfois un peu perplexe à la lecture de ces textes.

L'Humanité, daté du 14 septembre, publie un compte rendu du débat " Mêlez-vous du projet du Front de gauche". Et là, une belle surprise, des mots que l'on aurait pu croire disparus sont prononcés, léniniste, offensive de classe, reconstruire notre classe, prolétariat, classe ouvrière… Mais hélas, ils ne sont prononcés par aucun des trois intervenants représentant un parti politique, Christian Picquet, Jean-Luc Méléchon et Pierre Laurent. Ces mots sont ceux de Willy Pelletier de la fondation Copernic qui a pris le soin de commencer son intervention par " Je ne suis ni au PCF, ni au Parti de gauche" Ce vocabulaire là n'aurait-il donc plus sa place dans un parti qui se veut de gauche, dans un parti qui se veut communiste ?

Mais pourquoi s'étonner pour si peu  lorsque à la lecture des extraits du discours de Pierre Laurent l'on peut constater qu'il a attendu la quasi fin de son discours pour dire à nos chers amis, chers camarades, quelques mots sur le Parti communiste lui-même. Après avoir escamoté le communisme, l'escamotage du parti serait-il en cours ?

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 22:04

Le 12 juillet 1998, des millions de personnes fêtent la première victoire en Coupe du monde derrière une équipe Black-Blanc-Beur. Depuis lors,,l'euphorie est retombée et les commentaires ont fusé en tout sens : de Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon, qui était encore membre du parti socialiste, qui avait déclaré que l'équipe de France lui faisait honte, "Bientôt elle comptera onze Blacks" à l'ineffable Finkielkraut pour qui une équipe "black, black, black" faisait "ricaner toute l'Europe".

Soyez rassuré, la Fédération Française de Football, sous la présidence de Jean-Pierre Escalettes  a pris la décision lors de son assemblée fédérale du 29 mai 2010 d'imposer aux mineurs étrangers qui demandent une première licence de justifier de cinq années de présence en France. Un jeune qui arriverait en France à 12 ans aurait donc la possibilité de jouer au foot en club dès l'âge de 17 ans. Selon la Fédération, cette décision serait une transposition  d'une décision prise par l'UEFA présidée par Michel Platini. L'UEFA affiche ses "valeurs" sur son site, elles sont bien sur onze, communication oblige, et la sixième est "protection des jeunes et formation". C'est officiellement pour protéger les jeunes footballeurs des trafics de joueurs que cette réglementation est mise en œuvre. L'on peut douter, vu les sommes en jeu, de son efficacité face à cette traite d'êtres humains, mais l'on est déjà certain qu'elle va rendre impossible la pratique sportive de leur choix à de nombreux enfants.

Cette situation est intolérable, dans un contexte de xénophobie exacerbée, une fédération sportive, aussi puissante qu'elle soit, ne peut s'arroger le droit de décider qui de nos enfants jouera ou ne jouera pas.

Dirigeants sportifs et élus locaux, il nous appartient de veiller à ce qu’aucun enfant ne soit rejeté en raison de sa nationalité.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 15:22

La rentrée est, aussi, le moment d'évoquer les souvenirs de vacances, maussades mois d'été, non pas tant en raison de la météo que des dérives gouvernementales. Et dans nos souvenirs de vacances, nous ramenons tous des lectures, relectures, visites, revisites.

Parmi mes souvenirs, un passage dans le quartier latin, rue Soufflot, le Panthéon et toute l'ambigüité de ce "monument", ambigüité certes déjà inscrite dans son histoire. Né d'un vœu de Louis XV, la construction qui commence est celle d'une église, en 1791 le bâtiment devient un panthéon, monument destiné à recevoir les restes des hommes illustres, et ensuite suit une valse hésitation, le panthéon redevenant église, panthéon, église, jusqu'à la décision finale, enfin, en 1885 à l'occasion de l'inhumation de Victor Hugo.

Mais hélas, ce destin capricieux n'est pas, loin s'en faut, la seule ambigüité, voire incongruité, de ce bâtiment.

Panthéon républicain, à quelques centaines de mètres de la Libre Pensée, le bâtiment conserve à son faite une croix, serait-ce là le symbole d'une faute originelle dès sa conception ?

En plein Quartier Latin, dont les rues adjacentes évoquent sans fin mai 68, choisi par François Mitterrand en 1981, à l'époque où l'idée d'un changement de société existait encore à gauche, pour le jour de sa prise de fonction, le Panthéon, n'en déplaise à la Jeune Garde, reste rempli de sabreurs, de bourgeois et de curés…

La façade proclame allègrement "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante". Et la liste des présents est éloquente. Quatre grands hommes de confession protestante sont regroupés dans le même caveau, l'hérésie étant peut-être présumée contagieuse même après la mort. Les présents ne sont pas issus d'une France blanc, black, beur, à une exception près, cherchez l'erreur. Et surtout, les grands hommes auxquels la patrie rend ainsi hommage sont effectivement des hommes, avec là aussi une hérésie. Une femme a eu cet honneur, Marie Curie titulaire de deux prix Nobel ; la barre n'avait pas été placée aussi haut pour toutes les entrées d'hommes.

Et puisque l'histoire de cet édifice naît dans la Révolution française, comment ne pas citer un des petits hommes dont la patrie n'est pas reconnaissante ? " Français, encore un effort si vous voulez être républicains."

Repost 0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 09:53

La nouvelle est officielle, l'Olympique Lyonnais et les Girondins de Bordeaux ont conclu un accord  sur le  transfert de l'international français Yoann GOURCUFF. Les conditions sont détaillées sur le site de l'Olympique Lyonnais.

"Les conditions de cette transaction ont été négociées sur la base de la clause libératoire dont bénéficiait le joueur et qui est échue au 31 juillet dernier avec,

* un montant forfaitaire de 22 M€ réglé en 3 échéances d'ici au 31 décembre 2012

* un montant complémentaire d'un maximum de 4,5 M€ conditionné à une éventuelle cession du joueur par l’Olympique Lyonnais."

 

Visiblement, la crise ne touche pas tout le monde de la même façon.

Si vous pensez  que les entrées dans les stades sont un peu trop chères, le montant de base du transfert représente entre  366.666 et 1.466.666 entrées pour le prochain match Olympique Lyonnais-Valenciennes, selon le type de place, et plus de 75.000 à 300.000 entrées pour le montant complémentaire.

Si vous pensez que le sport amateur manque de moyen, le montant de base du transfert représente plus de 11,4 fois le budget du Club Olympique Multisport Bagneux, qui regroupe 4128 adhérents répartis sur 27 sections et 2,3 fois pour le montant complémentaire.

 

Visiblement, la crise ne touche pas tout le monde de la même façon.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 21:39

Nicolas Sarkozy est un habitué des déclarations fracassantes qui lui permettent d'occuper l'espace médiatique. Il a notamment déclaré, en février 2006, à Lyon : « Dans la fonction publique, il faut en finir avec la pression des concours et des examens ». L'autre jour, je m'amusais, on s'amuse comme on peut, à regarder le programme du concours d'attaché d'administration. Un sadique ou un imbécile, choisissez, avait mis dans le programme d'interroger les concurrents sur La Princesse de Clèves. Je ne sais pas si cela vous est souvent arrivé de demander à la guichetière ce qu'elle pensait de La Princesse de Clèves... Imaginez un peu le spectacle ! En tout cas, je l’ai lu il y a tellement longtemps qu’il y a de fortes chances que j’aie raté l’examen !

Cette  déclaration aussi tonitruante qu'imbécile a suscité alors de nombreux commentaires, elle a aussi eu l'intérêt de donner l'envie à de nombreuses personnes de lire ou relire "La Princesse de Clèves". Mais je dois avouer avoir récemment découvert la plus belle réponse à Cordes sur Ciel. Si vous avez la chance d'aller dans le Sud-Ouest, prenez donc la peine de monter à Cordes, de gravir la grande rue de l'Horloge, et vous découvrirez sur la gauche un bouquiniste, un vrai bouquiniste, aimant son métier et les livres. La vitrine est superbe. Ce grand monsieur, le bouquiniste, pas l'ex-futur président a affiché la déclaration de Nicolas Sarkozy, et huit éditions de "La Princesse de Clèves", au-dessus de la déclaration est imprimé "Ici l'on vend La Princesse de Clèves", et la phrase a été modifiée à la main "Ici l'on lit La Princesse de Clèves".

La guerre à l'intelligence est déclarée, mais la résistance s'organise !

 

Repost 0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 20:40

Le dernier numéro de l'Humanité Dimanche fait sa une sur la crise du capitalisme, annonçant un dossier pages 8 à 23, sur lesquelles figure l'en tête "Spécial la crise du capitalisme." L'on ne peut que se féliciter de voir ainsi 16 pages consacrées à l'analyse de cette crise.

Toutefois la lecture des différents articles apporte quelques surprises dans le choix de termes employés pour traiter de sujet. Le premier article commençait plutôt bien pourtant sur ce plan-là, puisque son auteur précisait le sens de l'adjectif systémique après avoir cité Nicolas Sarkozy qualifiant cette crise de systémique.

Par contre à aucun moment dans ce dossier le terme capitalisme ne sera explicité cet oubli est d'autant plus regrettable que, si l'on s'en réfère au dictionnaire critique du Marxisme de Bensussan et Labica, "le capitalisme est tout à la fois un mode de production  déterminé… et une série de formations économiques et sociales.." Mais il n'est nullement besoin de cette précision puisque le terme de capitalisme n'est jamais employé dans cette série d'articles.

Cette absence est équilibrée par l'absence du prolétariat de ce dossier. Par contre fleurissent les "peuples", les "catégories les plus modestes", "ceux qui en ont le plus besoin". La notion de classe semble aussi absente malgré quelques apparitions des "classes moyennes" parfois "des classes populaires", la notion de classe allant jusqu'à disparaitre au profit d'une "caste qui n'hésite pas à appauvrir la majorité des citoyens." Seul visiblement Bernard Conte faisant référence aux Trente Glorieuses évoque le développement de "la classe moyenne surtout ouvrière."

Si l'on veut, comme Fernand Pelloutier  donner au peuple la science de son malheur il est plus que temps ce cesser de parler, d'écrire et de penser avec les mots et donc les concepts de la classe dominante. De nombreux penseurs ont contribué à forger d'autres concepts il y a urgence à s'en saisir.

Dans la lutte des classes, les mots aussi ont un camp !

 

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 22:08

En 2006, l'Allemagne accueillait la coupe du monde de football et malgré une campagne menée contre la prostitution pendant cet évènement, l'Allemagne a relevé une hausse de 63% du nombre de prostituées. Cette année, l'Afrique du Sud va accueillir à son tour la coupe du monde. Selon Jean-Sébastien Mallet, de la fondation Scelles qui lutte contre l'exploitation sexuelle des femmes et interrogé par Libération, sur les 450 000 supporteurs qui feront le déplacement, "plus de 20% des supporteurs se prêteront au tourisme sexuel, soit 100 000 nouveaux clients pour le commerce du sexe". Le nombre de prostituées devrait à cette occasion passer de 40.000 à 80.000 en Afrique du Sud. Selon Jean-Sébastien Mallet, ce phénomène "se répète à chaque événement sportif du fait de l'arrivée massive de touristes". La question de la légalisation de la prostitution a même été débattue en Afrique du Sud.

La FIFA pour sa part est plutôt discrète sur ce sujet. En 2006 elle déclare " Si certains exigent que des actions soient entreprises contre de telles pratiques en rapport avec la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006, la FIFA n'est juridiquement pas armée pour ce faire et sa qualité de fédération internationale de football ne l'en rend pas non plus responsable". En 2010, le propos est encore plus net "La prostitution arrivera. On ne peut rien y faire. Ce n’est pas un problème pour la FIFA: je dirais que c’est plus un problème pour vous, Sud-Africains. Si vous le considérez comme un problème."

Certes la FIFA ne peut se substituer aux législations nationales, mais elle peut s'exprimer. Et lorsqu'il s'agit de condamner, au moins verbalement, les violences commises dans les stades, les instances du foot savent hurler avec les loups médiatiques.

N'est-il pas surprenant alors que ces mêmes instances nationales, européennes et internationales soient aussi discrètes, voire absentes, pour évoquer le cas de Ribery ? Ce silence est éloquent, comme l'est le renvoi de la question à la sphère privée.

Le sport professionnel, et singulièrement le foot professionnel est devenu un gigantesque marché régi par les règles du profit financier. Jean-Michel Aulas est  très clair sur ce point "OL-Groupe est une société solide .. appliquant des règles de base qui démontrent leur efficacité : former et recruter des joueurs d’élite, bâtir des projets ambitieux qui permettent d’accroître et de diversifier nos revenus…" Les commentaires sur les transferts de joueurs portent sur les sommes versées, rarement sur les projets sportifs. Dans le monde du spectacle sportif, les joueurs sont des marchandises dont la durée de vie est courte et dont il faut amortir le coût au plus vite, et les jeunes joueurs, notamment africains, sont l'objet de trafics constants.

La marchandisation des joueurs et de leurs corps mènerait-elle à la marchandisation des corps et à la prostitution ?

 

Il est temps que les instances du sport, et notamment du foot, se préoccupent des valeurs que véhicule le sport et reconnaissent que le prostitution, comme le racisme, l'homophobie, le sexisme, la violence sont hors jeu.

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 16:37

Cher Pierre,

 

 

Je viens de prendre connaissance de l'appel "Démissions au PCF".

 

Sans prétendre intervenir sur l'ensemble des questions posées, certaines formulations de cet appel me semblent surprenantes.

Tu indiques que " Depuis notre abandon du centralisme démocratique, la question de la diversité, du pluralisme et de son dialogue, fécond ou pas, avec l’efficacité de nos élaborations et de nos décisions collectives, reste un chantier que nous n’avons pas clos', sauf erreur de ma part l'abandon du centralisme démocratique date du 28ème congrès en1994, il y a 16 ans. Un chantier ouvert pendant 16 ans peut traduire soit une intense activité, soit au contraire un chantier à l'abandon, et l'on peut comprendre que les interprétations puissent être pour le moins divergentes sur ce point. Mais, restons résolument optimiste, tu enchaines en écrivant " Tout en continuant à progresser, sachons reconnaître que le respect de la diversité repose sur deux piliers: le respect des décisions majoritaires et le respect des opinions minoritaires."

Le respect de la diversité, et des opinions minoritaires ne doit-il pas commencer par le respect des conditions d'un véritable débat ? Et c'est bien sur ce point que ton texte suscite pour moi des interrogations sur sa forme même.

Tu indiques dès le deuxième paragraphe " La lettre de démission qu’ils nous ont adressée s’en tient pour l’essentiel à une critique du travail et de la vie démocratique de la direction nationale, qu’ils estiment être dominés par « des logiques d’exclusion ». Le problème posé par ces camarades, nous le savons, va au-delà et s’inscrit, pour une part de ces camarades, dans une démarche de départ collectif du Parti.". Je ne sais pas qui est ce '"nous" qui sait lire ce qui n'est pas, tu le dis toi-même, écrit dans le texte collectif auquel tu fais référence.

Il serait souhaitable, si l'on veut créer un vrai débat démocratique de s'en tenir à ce que l'autre à écrit ou dit et non pas à ce que l'on sait, suppose ou devine de ce qu'il aurait du ou pu écrire, dire ou penser. Si chacun poursuit ainsi le débat, en répondant aux présupposés de l'autre, il y a peu de chance qu'un terrain non pas d'entente mais d'écoute soit trouvé.

 

Persuadé de ta volonté de créer un vrai débat démocratique, reçois, cher Pierre, mes sincères salutations.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 21:57

Monsieur le Président de la Fédération Française de Basket-ball

 

J'ai appris par l'intermédiaire de l'ANDES, Association Nationale des Elus en charge du Sport, vos proposition concernant les modifications de tracés, avec un mise en œuvre prévisionnelle  pour les PROA, PROB, NM1, LFB, NF1 au 1er  septembre 2010 et pour les niveaux inférieurs : au 1er  septembre 2012.

 

J'ai exprimé des inquiétudes quant au financement de ces mises aux normes.

L'ANDES nous a informé de l'avis de la CERFRES, Commission d'examen des règlements fédéraux relatifs aux équipements sportifs.

Certes cet avis contient  deux points positifs:

-le report de l’avis du CERFRES pour les niveaux inférieurs à condition que le délai soit bien reporté au-delà de 2012;

- la création d'un groupe de travail le 5 mai pour réactualiser la notice d'impact financier de la FFB, même si l'écart entre les chiffres annoncés par la fédération et ceux fournis par notre prestataire sont tels que l'on peut difficilement parler de réactualisation…

 

Par contre selon les informations founies par l'ANDES " Lors de cette commission, l’ANDES a demandé une aide financière de la part de la FFB, M. MAININI a répondu avoir fait une demande au Directeur général du CNDS pour une prise en charge des travaux réalisés par les communes".

Cette proposition est simplement en l'état inacceptable. En effet si cette solution peut aider à résoudre la question du financement pour une collectivité, ce financement étant pris sur un budget destiné au financement du sport et faute de nouveaux financements diminuera d'autant les financements destinés aux collectivités locales et association sportives.

 

La question posée est de savoir si encore une fois les collectivités locales, qui sont avec les familles les deux principaux financeurs du sport en France devront financer les décisions prises par une Fédération. Au vu de l'état et de la dégradation des finances des collectivités locales, vous devriez, Monsieur le Président, vous demander quelles sont les priorités pour le mouvement sportif aujourd'hui.

Vous aurez compris que le nouveau traçage quelle que soit sa pertinence en matière de jeux ne sera pas notre priorité financière.


 

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 23:46

La plupart des médias viennent de se découvrir une passion rugbystique suite au grand chelem réussi par le XV de France samedi. Les mêmes médias s'indigneront à l'occasion de la prochaine affaire de dopage, des prochaines violences dans ou devant un stade, du prochain scandale lié à des matchs truqués…Cette indignation s'appuiera sur un prétendu "esprit du sport". La question pourrait donc se poser sur la manière dont cet "esprit du sport" est traité lors d'un évènement sportif  à propos duquel les médias ne se sont pas indignés.

N'ayant pas eu la chance d'assister au match ce samedi, je prendrai comme exemple celui qui a eu lieu une semaine avant Stade Français Stade Toulousain, et me garderai bien de commenter le match pour m'attacher au spectacle qui l'accompagnait.

Le spectacle organisé au stade de France commence par un show avant-match, une animation à la mi-temps et un feu d'artifice d'après-match. Bien entendu les noms des sponsors sont répétés, affichés en continu.

 

L'animation de la mi-temps consistait en un concours de coups de pied de pénalité entre deux équipes de cadets. L'équipe gagnante s'est vue remettre son lot par un joueur du Stade Français, rien que de très normal semble-t-il, la surprise provient là du joueur choisi pour effectuer cette remise, Julien Dupuy. Ce joueur a fait l'objet d'une suspension de plusieurs semaines  pour brutalité. Un joueur sous le coup d'une sanction lui interdisant de pénétrer sur la pelouse pendant le match est choisi pour remettre à de jeunes joueurs leur récompense sur cette même pelouse lors de la mi-temps, visiblement la presse pourtant prompte à s'indigner da la violence dans les enceintes sportives en invoquant l'esprit du sport et sa pédagogie inné ne voit là rien à redire.

 

Le spectacle d'avant-match se terminait par une haie d'honneur lors de l'entrée des joueurs sur la pelouse, haie constituée par les danseuses du Moulin rouge, habillées de plumes de strass et de talons hauts. Là aussi, alors que la question de la lutte contre les discriminations est régulièrement évoquée, le choix de montrer que les seules filles présentes sur le terrain sont non pas les joueuses d'une équipe de rugby féminin mais des danseuses est une décision tout autant symbolique que douteuse. Mais sur ce point aussi la presse est muette.

 

Faudrait-il en déduire que certaines dérives sont condamnables et condamnées avec une belle unanimité mais que d'autres, celles participant au show et à la marchandisation, ne le seraient pas, le sport aurait-il donc deux esprits ?

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article