Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 12:21

Décidément, le mariage homosexuel déchaine les passions. Déjà, au mois de mai 2011, en commission des Lois de l'Assemblée nationale, la députée-maire de Montauban, Brigitte Barrèges s'était exclamée: "Et pourquoi pas des unions avec des animaux? Ou la polygamie?". Elle avait cru bon, ensuite, de préciser que c'était sur le "ton de la plaisanterie." L'on aurait préféré qu'elle s'abstienne de plaisanter sur un tel sujet.

 

Plus récemment, le président de la Conférence des évêques de France, André Vingt-Trois, a adressé une prière pour la France, à lire lors de la messe de l'Assomption. Cette lettre, au nom fleurant bon le régime de Vichy, est issue d'une ancienne tradition qui avait été quelque peu oubliée. Mais "compte tenu de la situation et des probables projets législatifs du gouvernement sur la famille, il me semble opportun de donner un signe national." a précisé André Vingt-Trois.

 

Comme cela ne suffisait pas, le maire du 8ème arrondissement de Paris, vient de publier, sur des deniers publics, un éditorial dans "Paris 8ème" ; il y déclare que « si le tabou immémorial du mariage hétérosexuel vient à sauter » rien ne s'opposera plus aux mariages consanguins, à la pédophilie, l'inceste. et pour être certain d'être bien compris il ajoute « dans une société qui n’a plus comme règle que l’hédonisme de chacun, les pires dérives sont non seulement possibles, mais certaines ».

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a, à son tour, décrit vendredi dernier, sur la radio RCF et la chaîne TLM.,  le mariage homosexuel comme « une rupture de société » aux conséquences innombrables : « Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l'interdiction de l'inceste tombera. »

 

Faudrait-il en conclure qu'en l'absence de mariage homosexuel la pédophilie n'existe pas ? L'Eglise catholique est hélas bien placée pour en connaître l'existence.

L'inculture, l'ignorance, le rejet de l'autre n'ont jamais mené qu'au pire. Auraient-ils si vite oublié les triangles roses; ces ardents défenseurs de l'Ordre moral ?

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 19:51

Le Monde publie dans son édition datée du 25 septembre un éditorial titré "Mettre fin au jeu de dupes des ministres verts", dont je cherche encore le signataire. Mais qu'importe celui qui a commis ce texte puisqu'il est dans la droite ligne de l'impératif catégorique du 19 avril 2007. A  trois jours du premier tour de l'élection présidentielle le directeur du Monde de l'époque, Jean-Marie Colombani, disqualifiait tout candidat à l'élection autre que les champions des camps respectif de gauche et de droite.

La logique mise en œuvre est ici la même, il existe une seule gauche légitime, celle incarnée par François Hollande. Les ministres d'Europe Ecologie – Les Verts doivent être exclus suite au vote scandaleux de leur conseil fédéral à 70 % contre le traité budgétaire européen. "Ils reviendront si leur formation se transforme en parti de gouvernement."

Le Monde serait-il donc le nouveau gardien du temple de l'orthodoxie et du prêt-à-penser ?

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 19:41

De nombreux députés et sénateurs socialistes refusent de démissionner de leurs postes d’élus locaux. Les motifs invoqués sont variés, allant du risque de fragiliser les exécutifs locaux à la méconnaissance par les élus nationaux des réalités locales.

Mais qu'importe les motifs avancés, ils ne sont pas discutables puisque hors du champ de la discussion si comme l'indique Martine Aubry "Quand nous avons préparé les listes des sénatoriales (de 2011) et des législatives (de 2012), nous avons demandé à tous ceux qui étaient candidats et avaient un mandat exécutif et ne l'abandonnaient pas, de nous écrire une lettre selon laquelle ils démissionneraient de ce mandat avant la fin septembre." Tous les arguments étaient recevables et discutables, mais ça, c'était avant. Il serait trop simple de prendre un tel engagement et de s'apercevoir quelques jours et une élection après, que l'on avait de bonnes, ou moins bonnes, raisons de ne pas le prendre.

En sera-t-il donc de cet engagement comme de celui de François Mitterrand en 1981, d'accorder le droit de vote aux  élections municipales  pour les  travailleurs immigrés ?

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 08:12

Le journal La Provence publie une interview de la sénatrice PS maire des 15e et 16e arrondissements, Samia Ghali. Elle déclare notamment:

 

"La police, dont les effectifs doivent être renforcés dans les zones de sécurité prioritaires, est-elle devenue impuissante ?

S.G. : Ça ne sert plus à rien d'envoyer un car des CRS pour arrêter des dealers. Quand dix d'entre eux sont arrêtés, dix autres reprennent le flambeau ! C'est comme combattre une fourmilière. Aujourd'hui, face aux engins de guerre utilisés par les réseaux, il n'y a que l'armée qui puisse intervenir. Pour désarmer les dealers d'abord. Et puis pour bloquer l'accès des quartiers aux clients, comme en temps de guerre, avec des barrages. Même si cela doit durer un an ou deux, il faut tenir." Et pour éviter toute discussion cette élue prend soin de discréditer aussitôt les pseudo-gaucho-intello-bobo qu'elle ne supporte.

 

J'étais pourtant persuadé que la distinction entre les forces chargées de la sécurité extérieures et les forces chargées de la sécurité intérieure et les différentes  missions qui leur sont confiées étaient suffisamment claires. Les exemples d'utilisation des forces armées pour le maintien de l'ordre intérieur peuvent servir, le cas échéant, de piqure de rappel.

Mais au-delà de cet amalgame dangereux pour les libertés publiques, peut-on rêver plus belle stigmatisation d'un quartier et de l'ensemble de ses habitants ?

 

Il serait peut être souhaitable de réfléchir avant de faire de telles déclarations, et sans aucun doute l'application de non-cumul des mandats devrait laisser plus de temps à cette élue pour cela.

 

 

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/marseille-larmee-au-secours-des-cites

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 12:58

Le jeudi 5 juillet 2012, l’International Football Association Board (IFAB) réuni au Siège de la FIFA à Zurich a pris, selon le site officiel de la FIFA trois décisions historiques à l’unanimité. Si deux d'entre elles concernent le jeu la troisième a une portée beaucoup plus large.

 

« L’IFAB a convenu d’approuver à l’unanimité – de façon temporaire pour une période d’essai – le port du foulard. Le design, la couleur et le matériel autorisés seront définis et confirmés à l’issue de la réunion annuelle de travail de l’IFAB à Glasgow en octobre 2012. Actuellement, il n’existe aucune littérature médicale concernant des blessures dues au port d’un foulard et par conséquent, la décision prise aujourd’hui sera passée en revue lors de l’Assemblée générale annuelle de l’IFAB en 2014. »

 

A quelques jours de l’ouverture des JO de Londres, une telle décision suscite l’émoi. La charte olympique en vigueur précise que « Aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique. » et les Lois du jeu de la FIFA précisent que « l'équipement de base obligatoire ne doit présenter aucune inscription politique, religieuse ou personnelle. » Pour tenter de justifier la violation de ses propres règles la FIFA a souligné que les motivations à l'origine de cette autorisation ont toujours été culturelles et non religieuses.

 

La Fédération Française de Football quant à elle a immédiatement réagi en interdisant le port du voile pour le football féminin en France en rappelant son souci de respecter les principes constitutionnels et législatifs de laïcité qui prévalent dans notre pays, reconnaissant ainsi que la décision prise par la FIFA visait bien un symbole religieux.

 

Sans oublier que nous sommes encore loin d'une égalité de traitement entre le "Foot" et le "foot féminin" nous soutenons la prise de position de la FFF sur ce point, tout en sachant qu'elle ne pourra empêcher la retransmission de compétitions dans les quelles les joueuses porteront le voile, et nous en connaissons l'impact.

 

L'IFAB a accepté les exigences des régimes politiques islamistes qui veulent perpétuer à travers le sport la stigmatisation du corps des femmes. Cette décision loin de se limiter au monde sportif, acceptant le relativisme des règles internationales, met en danger les femmes des pays musulmans qui tentent de résister en respectant la règle universelle.

 

Les élu-e-s communistes et républicain-e-s condamnent fermement la position adoptée par l'IFAB qui viole une règle fondamentale du sport : La neutralité interdisant toute expression politique ou religieuse. Cette règle que le mouvement s'est donné devait permettre un égal accès de toutes et tous aux pratiques sportives .Et à l’aune de cette décision, la question du financement du spectacle sportif médiatisé prend un sens supplémentaire.

 

 Voir ste Elunet

 

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 11:45

La DGCL, direction générale des collectivités locales, fournit  une série de ratios de gestion. Ils sont notamment calculés pour les régions départements, communes, et pour ces dernières par strates de populations. Ces ratios, dont onze sont obligatoires pour les communes de plus de 3.500 habitants, servent à positionner une commune par rapport à une moyenne de communes de sa strate.

Il est urgent de s'interroger sur la nature de cette comparaison. Ces ratios sont en effet trop souvent traités comme une norme prescrivant ce qui doit être en se fondant sur un jugement de valeur alors qu'ils ne sont que de simples indicateurs statistiques.

Mais surtout ces ratios sont des ratios exclusivement financiers, même si rapportés à la population:

Ratio 1 = Dépenses réelles de fonctionnement (DRF) / population

Ratio 2 = Produit des impositions directes / population

Ratio 3 = Recettes réelles de fonctionnement (RRF) / population

Ratio 4 = Dépenses d’équipement brut / population

Ratio 5 = Dette / population

Ratio 6 = DGF /

Ratio 7 = Dépenses de personnel / DRF

Ratio 8 = Coefficient de mobilisation du potentiel fiscal (CMPF)

Ratio 8 bis = Effort fiscal = Produit des 3 taxes /potentiel fiscal 3 taxes

Ratio 9 = Marge d’autofinancement courant (MAC) = (DRF + Remboursement de dette) / RRF

Ratio 10 = Dépenses d’équipement brut / RRF

Ratio 11 = Dette / RRF = taux d’endettement

Le seul élément non financier utilisé est le nombre d'habitant. L'on peut en déduire donc que l'habitant un élément interchangeable  qui participe à la définition d'une norme. Or la réalité est bien différente, les collectivités locales sont confrontées aux besoins, demandes, attentes de leurs populations. Une population vieillissante n'a pas les mêmes attentes qu'une population composée majoritairement de jeunes couples, la population de Neuilly n'a pas les mêmes besoins sociaux que celle de Montfermeil.

 

Pour sortir d'une vision purement financière et comptable de la gestion des finances locales, il est impératif de remplacer ces rations par des indicateurs intégrant la réalité sociale des populations. Le rôle de l'état n'est pas de donner des éléments d'analyse financière mais des éléments d'analyse pisolitique sauf à avoir définitivement intégré que les vrais dirigeants sont les banquiers.

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 22:12

Au journal télévisé du matin France 2 présente un reportage sur la manière dont l'Ukraine se prépare à accueillir la coupe d'Europe de football et en assurer la sécurité.

Il commence par le classique exercice de la police mettant en scène un groupe terroriste menaçant la sécurité des supporters. L’exercice suivant consiste à « séparer rapidement les supporters de deux pays qui s'affronteraient. »  Jusque là rien de très original, même si l'on peut apprécier toute l'ironie de l'utilisation du conditionnel pour évoquer les affrontements entre supporters à l'occasion de l'Euro.

Le journaliste enchaine "Passe encore que les Femen, militantes féministes bien connues, aient pu tromper la vigilance de la police pour s'adonner à leur habituelle performance, plus inquiétant est le quadruple attenant de Dniepropetrovsk qui a fait 28 blessés..."

 

Il est inacceptable de mettre sur le même plan les risques liés à des groupes terroristes, les affrontements entre supporters, le quadruple attentat de Dniepropetrovsk  et l'action des Femen qualifiée avec condescendance  d' « habituelle performance ».

Si pour ce journaliste les Femen sont des féministes "bien connues" pourquoi n'évoque-t-il pas le combat qu'elles mènent depuis deux ans pour réclamer une compétition "sans prostitution" ? Ignorerait-il que le 24 Mai 2012, Yana Zhdanova, membre du mouvement Femen a été arrêtée et condamnée à 5 jours de prison ferme après avoir tenté de s'emparer du trophée de L'euro 2012 à Lviv en Ukraine ?

Encore une fois une grande compétition sportive va entrainer une recrudescence  de la prostitution sans que l'UEFA et les différents gouvernements ne se sentent le moins du monde concernés.

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 15:08

Les pages « Idées » du dernier numéro des Echos, sorti vendredi avant le premier tour de l'élection présidentielle, sont assez éloquentes. Ces pages regroupent analyses, points de vue et éditorial. Tous vont étrangement dans le même sens.

 

"La France en retard d'une réforme de l'Etat à l'anglaise" pour l'analyse de Nicolas Madelaine.

 

"Attention fragile" pour l'éditorial d'Henri Gibier avec en exergue "Un important bloc de nos compatriotes s'apprête à se réfugier dans un vote protestataire, nourri par de fumeux fantasmes anti-immigrés, anti-riches et plus globalement anti-système."

 

Un appel des grands patrons aux candidats: pariez sur l'entreprise, qui annonce clairement " Il faut assurer la prévisibilité de la conduite des affaires par l'instauration d'un moratoire sur les principaux dispositifs fiscaux et sociaux."

 

"Election: danger !" selon le point de vue d'Yves-Thibaut de Silguy, en précisant dans une phrase en exergue "Ne croyons pas que la Grèce soit un cas à part. Si nous n'y prenons garde, nous pouvons être entrainés dans une spirale de même nature."

 

Quant à la chronique d'Eric Le boucher "Réveil le 7 mai" elle met en avant "L'extrême gauche, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen vantent le protectionnisme, la sortie de l'euro et l'inflation. Ils devraient nous dire dans quel pays leurs idées ont réussi." Eric le Boucher, après ce superbe amalgame entre tous les candidats qui lui déplaisent mais dont il n'a pas du comprendre les idées, oublie cependant de nous dire dans quel pays ses idées ont réussi.

 

En parcourant ces textes, l’on se sent envahi d'un sentiment étrange, auraient-ils peur ? Craindraient-ils que comme le 29 mai 2005 les électeurs n'écoutent pas leurs précieux conseils ?

Est-ce le 7 mai qu'ils redoutent ou une nouvelle nuit du 4 août ?

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 21:28

Ne cherchez plus, encore une fois, un des brillants chroniqueurs des Echos a trouvé la solution miracle. Certes il n'a pas encore résolu le problème de la quadrature du cercle, mais il a trouvé une solution à la crise : il suffit simplement de payer les salaires en dette. Mais par sa vision des choses sociale, très sociale, Jacques Delpla considère que ne serait concernée par sa mesure, que la moitié des salaires, pensions et retraites au dessus du salaire minimum, voila qui exonère, hélas, une grande partie de la population de cette brillante idée.

Et comme le cynisme de Jacques Delpla est sans limite, il développe son propos. Cette solution est "politiquement, plus acceptable : les gens reçoivent nominalement le même salaire. Economiquement, elle permet de baisser les salaires immédiatement, comme pour une dévaluation. Un salaire mensuel de 2.000 euros, avec cette méthode, sera réduit de 12,5 % au Portugal et de 20 % en Grèce." en quelque sorte un paiement en monnaie de singe !

Pour tous les sordides modalités pratiques, je ne peux que vous suggérer la lecture détaillée de cet article, dont le sous-titre est " Avec cette réforme, on a créé une grande base électorale favorable à la réduction crédible des déficits publics et au remboursement de la dette."

Il faut quand même reconnaître à Jacques Delpla une qualité d'analyse, s'il suggère au "futur président Hollande qu'un tiers des salaires au-dessus du SMIC soient versés en dette", montrant ainsi qu'il a déjà intégré la déroute électorale du candidat du Medef.

 

Jacques Delpla, pour ceux qui l'ignoreraient, a une légitimité certaine à évoquer les sujets économiques au regard de son expérience professionnelle. Il a notamment été conseiller économique du gouvernement russe de 1992 à 1994. Les Russes ont sans aucun doute gardé un excellent souvenir du désastre économique de cette période mis en musique par un grand démocrate, Vladimir Poutine.

 

Que les Echos soient le journal de référence de la lutte des classes, cela n'est pas nouveau, ce basculement vers la guerre ouverte entre les classes serait-il lié à la perspective de voir arriver un dangereux gauchiste à l'Elysée, ou au risque de voir la résurgence d'une gauche combative et revendicative.

Un spectre planerait-il sur la France, le spectre du Front populaire ?

 

 

 

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:30

Dans l'émission Télématin du mercredi 18 avril, Frederick Gersal a présenté sa rubrique habituelle consacrée aux bureaux de vote, rien de bien original semble-t-il, au sujet de laquelle le site internet de l'émission prend soin de préciser "Frederick Gersal répond aux questions que vous ne vous étiez jamais posées, de quoi frimer dimanche dans les bureaux de vote !"

Lorsqu'il termine sa rubrique et que le présentateur enchaine logiquement en annonçant l'édition spéciale de lundi consacrée aux élections présidentielles,  Mr Gersal fait preuve, non seulement de son manque tact vis-à-vis de son collègue, mais aussi d'une grande connaissance de son sujet en précisant que ce ne sont pas des élections présidentielles, mais une élection présidentielle puisqu'il n'y a qu'un seul élu.

 

Impressionnante maitrise du sujet ! Cependant, Frederick Gersal n'a pas le même talent pour lire le calendrier que pour la grammaire : " Ca va se passer dimanche le 22 on est bien d'accord le 22 mai. C'est exactement la même date qu'il y a 5 ans, c'est curieux  que ca tombe exactement le même jour, qu'un dimanche tombe le 22 mai."

Mais la lecture des textes juridiques n'est pas son fort non plus puisque selon lui "Pour qu'un ou une président de la république soit élu des dimanche soir il lui faut 50% des inscrits plus une voix, on est bien d'accord." Mais là, il se reprend, et assène magistralement " pardon 50% des votants plus une voix, ne nous mélangeons pas !" Hélas, encore un mélange douteux, la constitution prévoit que Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés, et non pas des votants...

 

Faudra-t-il compter dans les suffrages exprimés les votants du 22 mai ?

Repost 0