Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 11:59

Tel est le titre de la tribune dont Yannick Noah vient de nous gratifier dans le Monde du 6 avril. Pour essayer de résumer rapidement le propose (le propos ?) : Ribéry, Francky, joue mal en équipe de France car il n'est pas aimé par le public. " Quand on est sportif de haut niveau, on joue pour le public", Yannick Noah fait donc une proposition " lancez des campagnes pour organiser l'amour autour de nos équipes !"

 

Ribéry serait donc devenu un "pestiféré dans son pays" même si, selon l’ex tennisman, il serait presque une victime de Zahia : "il a été pris dans les filets de Zahia." Belle façon de banaliser la prostitution, de déculpabiliser les clients et d'oublier que la prostituée en question était mineure. La route sera longue pour faire entendre à certains que la prostitution n'est pas un produit dérivé des grandes compétitions sportives.

 

Ribéry aurait donc besoin d'être aimé par le public " Si Ribéry est au Bayern depuis 2007, ça doit bien être aussi parce qu'il se sent apprécié là-bas." Sots que nous sommes, nous qui avons cru que les transferts de joueurs se faisaient avant tout en fonction de considérations financières. Comment n'avons-nous pas remarqué que ce n'est que le hasard qui fait que le club qui offre la plus grosse rémunération est celui où le public va aimer le plus le joueur acheté ? Comment n'avons-nous pas compris que les joueurs de foot seraient totalement hermétiques à la logique néolibérale et n'essayaient nullement de vendre le plus cher possible leur capacité à jouer et leur image pendant leur carrière avant, pour la plupart, de disparaître dans l'anonymat ?

 

Et Yannick Noah conclut: " C'est peut-être au public de faire le premier pas pour ranimer la flamme."  En parlant de public, le service public, lui, a déjà fait le premier pas, en finançant les équipements publics dans lesquels Ribéry a appris jouer au foot, en subventionnant les clubs sportifs qu'il a fréquenté...

Plutôt que de parler d'amour ne faudrait-il pas évoquer les questions financières et de carrière qui se posent entre les joueurs, les clubs et les équipes nationales. Le foot est une affaire financière, une gigantesque affaire financière, qui a pour objectif de produire du spectacle sportif.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article

commentaires