Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 21:06

Sécheresse: la France en alerte, titre le quotidien Les Echos le 13 mai, mais nous n'avons aucun souci à nous faire, quelques 15 pages plus loin, Jean-Francis Pécresse dans un brillant éditorial nous donne la solution. Alors que  son texte s'ouvrait sous les meilleurs auspices avec une citation du chef indien Seattle "Comment peut-on vendre ou acheter le ciel, la chaleur de la terre ? La fraîcheur de la terre et le murmure de l’eau ne nous appartiennent pas », par un de ses raccourcis idéologiques fulgurants dont les adeptes de la concurrence libre et non faussée ont le secret Jean-Francis Pécresse va arriver à une conclusion surprenante. Avant cela, pour faire bonne mesure et ne pas se référer uniquement à la sagesse indienne  en ces temps de recherche effrénée d'identité nationale; il invoque le bon sens paysan qui est présumé nous suggérer que loin de constituer une accélération du changement climatique cet épisode météorologique n'est qu'un feu de paille, hypothèse qu'il invite aussitôt les experts à confirmer. Après ce détour banalisant le changement climatique, Jean-Francis Pécresse  en arrive à sa proposition, il est " légitime de continuer à la (l'eau) rendre plus chère, ce qui a contribué à en faire baisser la consommation depuis 2004."

Que Jean-Francis Pécresse ne jure que pas le marché n'est pas étonnant, que, pour appuyer sa pseudo démonstration, il évoque le confort du propriétaire de pavillon qui remplit sa piscine est bien dans sa logique démagogique. Mais oser invoquer Seatle et passer d'un ciel qui n'est pas à vendre pour aboutir à la régulation de l'accès à l'eau par le marché relève d'une réelle malhonnêteté intellectuelle.

L'accès à l'eau reste un des enjeux mondiaux et ce n'est pas par la recherche du profit des actionnaires qu'il se règlera. L'eau est un bien qui doit être l'objet d'une appropriation collective, d'une gestion publique et d'une tarification sociale pour permette à toutes et tous un égal accès.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires