Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 11:31

Le 25 novembre, l'Humanité consacre une page au thème du jour, les violences faites aux femmes, qui comprend notamment une interview de Natacha Henry qui déclare " Les futur(e)s journalistes doivent mieux choisir leur vocabulaire et décortiquer le continuum des violences : si un homme assassine son épouse ou son ex, il ne s'agit jamais d'amour."

Le 3 décembre, l'Humanité publie un article sur la dissolution de Noir Désir et la journaliste écrit : " ..  puis l'année suivante, jusqu'à la mort tragique de Marie Trintignant en août 2003 à Vilnius, en Lituanie. Bernard Cantat est incarcéré et condamné à huit ans de prison après un procès extrêmement médiatisé."

Et la demande de mieux choisir le vocabulaire résonne cruellement, aucune liaison entre cette "mort tragique" et la condamnation de Bernard Cantat. Pourtant Marie Trintignant n'est pas morte d'un tragique accident de circulation, ou d'une tragique maladie, et Bernard Cantat  est condamné par la justice lituanienne à huit ans d'emprisonnement sous la qualification de  "meurtre commis en cas d'intention indirecte indéterminée"

Encore un effort…

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Contre toutes les discriminations
commenter cet article

commentaires

courroux 12/10/2012 00:05

Rien à voir avec amour et désir multicolores. Vous avez raison, les féminicides conjugaux ne sont pas que "meurtre commis en cas d'intention indirecte indéterminée".
Pas plus que les viols féminicides ne seraient que violences sexuelles.
Encore moins les excisions féminicides, que "violences ayant entraîné une mutilation permanente".
lhttp://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/06/excision-feminicide-la-chainenevers.html
Toutes ces dégradations sont bien plus car elles sont fémincides. Mais pour lors, que que de dérogations !
Lorsque le Code pénal tiendra compte précis du féminicide, sans se leurrer, sans restreindre, sans confondre, nous tiendrons le bon bout.
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/definitions-feminicides.html