Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 20:55

Les Echos en date du 4 février 2013 publient une tribune de François Meunier intitulé "Pourquoi le gaz de schiste peut attendre." D'entrée le point de vue est affiché "En Europe, on admire et redoute tout à la fois les Etats-Unis pour l'avance qu'ils prennent dans l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste." Mais si le Medef estime que la France doit exploiter ce "tas d’or qui permettrait la réindustrialisation dont nous rêvons tous." selon la formule de Laurence Parisot, François Meunier estime que cette conclusion est erronée.

En effet, pour résumer sa superbe démonstration, l'exploitation du gaz de schiste par les Etats-Unis va entrainer mécaniquement une baisse du coût de l'énergie, donc leur avantage industriel sera moins important. Au passage, cet économiste, brillant au demeurant, oublie d'indiquer que ces magnifiques calculs et formules mathématiques fonctionnent à merveille dans les bureaux feutrés des économistes mais hélas connaissent quelques ratés dans la réalité. Mais François Meunier ne s'arrête pas à de si basses considérations et arrive donc à la conclusion lumineuse, la France a raison de ne pas exploiter son gaz de schiste et de le stocker puisque "les prix de l'énergie progressent sur longue durée à un rythme plus élevé que le taux d'intérêt." Cette augmentation à long terme étant, contrairement à la baisse à court terme qui vient de faire l'objet d'une démonstration, un dogme qu'il n'est pas nécessaire de démontrer. De plus, cette période de stockage permet aux "opérateurs sur le sol américain (dont le français Total) expérimentent et améliorent les technologies d'extraction et sauront à terme les rendre moins menaçantes pour l'environnement."

En conclusion, continuons à polluer ailleurs puisque cela fait baisser les coûts de l'énergie chez nous et laissons croire qu'ainsi nous allons trouver une solution moins menaçante pour l'environnement, version quelque allégée du développement durable.

François Meunier avec son cynisme a le mérite de nous rappeler que le développement durable est incompatible avec la logique capitaliste et que tant que les seules analyses menées seront des analyses financières les seuls gagnants seront les organismes financiers.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires