Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 21:07

A deux semaines des élections européennes, les derniers sondages, articles, déclarations sans aucun doute aident à la clarification des enjeux.

 

Europe 1 commente le premier sondage en Ile de France par TNS Sofres / Logica "le bloc de gauche (de l'extrême gauche aux écologistes) devancera le bloc de droite (de l'UMP à l'extrême droite) en Ile-de-France avec 45% des intentions de vote contre 39%.". Un rapide calcul permet de constater que 84% des intentions de vote ne se retrouvent dans aucun des deux blocs. Si certaines "petites listes" peuvent être difficiles à placer sur l’échiquier politique, pour Europe1 la question de la place du Modem ne se pose pas, le Modem n'est ni à gauche, ni à droite..

 

A priori rien de très nouveau, l'idée que le Modem serait "ailleurs" est mise en avant régulièrement, y compris dans la campagne électorale pour les élections européennes sans aller plus loin et regarder les votes des députés européens du Modem qui sont eux très clairs et sûrement pas "ailleurs" !:

Plus étonnant par contre la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis dans Le Parisien du 19 mai "Si on additionne toutes les listes opposées à la politique gouvernementale, on atteint 70 % des intentions de vote. Avec moins de 30 % des voix, l’UMP est loin d’être flamboyante !". Quel sens peut avoir l'addition des voix de gauche avec des voix du Modem, même s'il reste "ailleurs", et avec celles du Front National dont l'on sait où il se situe sur l’échiquier politique ? N'est ce pas là une certaine vision des alliances possibles qui, en excluant le coté outrancier de la présence de l'extrême droite de cette addition, tendrait à définir un nouveau front anti-UMP ?

 

Et Jean-Michel Baylet, sénateur PRG du Tarn-et-Garonne, dans la même édition du Parisien, a précisé un peu plus cette évolution. Annonçant la création d'un groupe PRG à l'Assemblée nationale il précise "Nous avons un groupe au Sénat qui fonctionne très bien", mais dont il oublie de préciser que l'un des trois vice-présidents est Aymeri De Montesquiou, membre du Parti Radical dont le président est Jean-Louis Borloo et les autres sénateurs siègent dans le groupe UMP.

 

N'est-il pas temps de sortir de cette confusion et d'affirmer enfin des valeurs de gauche, à moins que pour certains l'abandon de ces valeurs ne soient le prix à payer pour gagner.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article

commentaires