Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 08:24

Dans une interview accordée au journal Le Parisien le 13 février, à la question "Les événements qui secouent les Antilles peuvent-ils se propager en métropole ?"

Martine Aubry a répondu "Le sentiment d’injustice aux Antilles est d’autant plus fort que la vie y est plus chère qu’en métropole. Je crains effectivement que le sentiment de ras le bol des Guadeloupéens et des Martiniquais ne se diffuse ici. Notamment parce que le président de la République reste sourd aux attentes des Français. C’est ce décalage qui me fait craindre une propagation des événements qui agitent les Antilles. Il faut tout faire pour que cela n’arrive pas."

 

Et je dois avouer après avoir relu plusieurs fois cette déclaration m'interroger sur le sens de ces propos.

 

Soyons clair, je suis en accord avec la phrase " le président de la République reste sourd aux attentes des Français", mais c'est bien la seule…

 

Peut-on, doit-on parler de "sentiment d'injustice", et qui plus est, en insistant à la phrase suivante avec un "sentiment de ras le bol". S'il s'agit d'un "sentiment", l'on se situe dans le domaine du subjectif, du ressenti, n'y a-t-il donc pas d'injustice dans la situation dénoncée depuis plusieurs semaines en Guadeloupe ?

Et le décalage évoqué ensuite est-il entre un président qui reste sourd et un sentiment ou entre un président qui reste sourd et une situation qui se dégrade aux Antilles comme en métropole ?

 

Pour moi la réponse est claire, si le sentiment d'injustice est de plus en plus fort c'est parce que la société dans laquelle nous vivons est de plus en plus inégalitaire, parce que aux Antilles comme en métropole les profits alimentent les revenus du capital et non pas les salaires.

 

Alors oui la propagation de ces évènements est possible. Mais pourquoi la craindre, fallait-il craindre mai 68 ? Fallait-il craindre les occupations d'usine du Front populaire ?

 

Et il ne faut pas tout faire pour que cela n'arrive pas. Il faut simplement renverser radicalement l'ordre économique existant pour que cela n'ait plus jamais besoin d'arriver !

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Gauche-Droite
commenter cet article

commentaires

JP 25/04/2009 23:38

D'accord avec cette analyse qui vise à dénoncer la prétendue subjectivité ( relativisme ) du vécu .
Schéma mental non dénué de préjugés .

Ton site est pas mal , sinon , mais peu de com, dommage .
T'as qu'à être plus , comment dire , plus , enfin plus , quoi .