Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 22:20

Un homme de 56 ans est décédé dimanche matin d'un malaise cardiaque. Ce décès est intervenu alors que ce patient avait été pris en charge par le SAMU et qu'il avait été impossible pendant plusieurs heures de trouver un lit de réanimation disponible.

 

Faux nous dit la ministre de la santé, "Nous avions onze lits disponibles en région parisienne à moins de vingt minutes". Mais l'Association des Médecins Urgentistes de France fournit un décompte différent, aucun lit disponible ! N'en déplaise à madame le ministre, le décompte de l'AMUF pourrait bien être le bon, il serait tout de même surprenant que personne n'ait "vu" ces onze lits disponibles pendant ces longues heures, à moins que l'on ait dépassé depuis longtemps le stade du dysfonctionnement !

 

Mais de toute façon il n'aurait servi à rien de l'hospitaliser, le parquet d'Evry a en effet déclaré "vraisemblablement si on avait trouvé une place, ça n'aurait pas changé les choses". Est-ce donc une volonté de courir au secours de la ministre ou  la marque d'un cynisme outrancier ?

 

Le message est très clair, non seulement il y avait des lits disponibles mais de plus ils n'auraient servis à rien, donc tout va bien aux urgences. Et cela irait encore mieux si avant d'appeler le SAMU chacun prenait soin de se demander si ça pourrait "changer les choses" !

Mais si cette analyse est budgétairement parfaite, et pour certains c'est bien là l'essentiel, elle n'en est pas moins sur le plan éthique totalement inacceptable. Un homme est mort sans avoir pu bénéficier des soins appropriés, même si, avant le résultat de l'enquête qu'elle a demandée auprès de l'Inspection générale des affaires sociales,  la ministre affirme déjà qu'il n'y a pas de dysfonctionnement structurel.

Il est plus que temps que la ministre entende enfin ce que disent les professionnels et les usagers. Faudra-t-il encore d'autres morts pour que, enfin, la ministre comprenne que le service public de santé ne peut se gérer uniquement en fonction d'une logique financière ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires