Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 23:44

Jean-Jacques Aillagon vient d'accorder une longue interview au journal le Monde titrée "La question de la suppression du ministère de la culture peut se poser".

D'autres seront plus qualifiés que moi pour juger de ses propositions.

Mais sur la forme il est quand même surprenant de constater à quel point le fait de quitter un poste tel qu'un ministère peut donner des idées sur la manière de le tenir. Et ce n'est pas là une exception culturelle française…

Jean-Jacques Aillagon constate que " En vingt ans, les collectivités locales sont devenues des acteurs centraux de la vie culturelle.", les élus locaux et les acteurs culturels locaux s'en étaient aperçus depuis bien longtemps et d'ajouter " Les attentes qu'il (le ministère de la culture)suscite augmentent plus vite que les dotations budgétaires", là aussi ce n'est pas une grande découverte et que ne l'a-t-il déclaré quand il était ministre et que n'a-t-il demandé des hausses de crédit substantielles ? D'autant plus que plus loin il déclare " Maintenons ce ministère, donnons-lui plus de moyens".

 

Mais Jean-Jacques Aillagon a su garder le meilleur pour la fin. A la question Pourquoi ne pas l'avoir fait quand vous étiez ministre ? la réponse est "J'ai esquissé ce mouvement. Il m'aurait fallu du temps. Mais il y a eu le conflit des intermittents, qui a provoqué mon départ. Un ministère ne se réforme pas seul. C'est l'affaire de tout un gouvernement. A la culture, la difficulté c'est que le ministre a beaucoup de mal à prendre ses distances par rapport aux populations qu'il administre. Tout ministre veut être accepté par la famille culturelle. Il veut même en faire partie. Aucun ne veut de disputes familiales".

Les formules sont joliment choisies, pas de disputes familiales mais un conflit avec les intermittents, ne seraient ils donc pas de la famille ? Cela justifierait alors sans aucun doute cette volonté de les exclure d'un système conçu pour eux.

Et si conflit il y a, qui a déclenché le conflit ? Lorsque Jean-Jacques Aillagon s'interroge sur le rôle que pourrait avoir un ministère de la culture, n'a-t-il pas là un élément de réponse. Ce n'était pas un conflit, c'était une question politique, pas la seule certes, mais une question cruciale pour l'avenir du spectacle vivant. Il n’a pas semblé important à monsieur Aillagon de traiter cette question alors. Et, s'il affirme être frappé aujourd'hui "que le répertoire du théâtre français soit si peu joué sur le territoire", encore quelques réformes du statut des intermittents et la question ne se posera même plus…textes français ou étrangers, classiques ou modernes…

 

Mais si Jean-Jacques Aillagon semble penser que les intermittents ne font pas partie de la famille, la réciproque n'est pas vrai pour tous. Je me souviens d'une fin de manifestation devant le Palais royal où j'ai entendu ce cri magnifique "Aillagon vient avec nous, toi aussi t'es un clown"

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Culture...
commenter cet article

commentaires

JP 25/04/2009 21:59

Bon! Aillagon n'a pas sorti son révolver en entendant le mot Culture ? je suis d'accord qu'il y a des ministres de la culture ( entre autres) à éliminer ... de leur poste .
La culture doit être populaire , au sens où tout le monde doit y avoir droit et où elle enrichit chacun de nous , de façon vivante .
Supprimer un ministère de la Culture et en créer un de l'Immigration c'est une posture idéologique claire , qui nous rappelle ce qui s'est fait de plus droitier ...et de populiste .