Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 17:46

A la suite du suicide d'un adolescent de 16 ans à la maison d'arrêt de Metz-Queuleu, en Moselle, de nombreux articles sont parus sur les suicides en prison, de nombreuses déclarations ont été publiées, dont celle de Rachida Dati qui s'est engagée à "prendre une série de mesures sur la prévention des suicides de mineurs en prison".

Depuis la liste des suicides en prison ne cesse de s'allonger, le suicide d'un détenu le 24 octobre à Bapaume dans le Pas-de-Calais constitue le 93ème suicide depuis le début de l'année, et le Parisien indique le nombre de suicides dans les prisons françaises, 125 en 1999, 120 en 2000, 104 en 2001, 122 en 2002, 115 en 2004, 122 en 2005, 94 en 2006 et 96 et 2007.

Ouest France vient de publier le 25 octobre une interview du contrôleur général des prisons, Jean-Marie Delarue qui déclare notamment "le surpeuplement des maisons d'arrêt rend très difficile le travail du personnel pénitentiaire et, évidemment, les conditions de vie des détenus… Quand il y a 100 à 200 détenus de plus à surveiller, les rondes de nuit pour empêcher les suicides sont moins efficaces… les personnes qui souffrent de névroses, voire de psychoses, ont des réactions imprévisibles. Quant aux structures de soins, rattachées aux hôpitaux, le principe en est bon, mais il y a trop de lacunes. J'ai mis en garde les pouvoirs publics : dans certains établissements les soins sont donnés trop tard".

 

Lorsque Véronique Vasseur avait publié en 2000 " Médecin-chef à la prison de la santé" le phénomène médiatique avait été le même, puis le silence était retombé sur le monde carcéral, malgré la création d'enquêtes.

 

Les informations sur les suicides en prison étaient disponibles et pouvaient être connues de tous avant le suicide de cet adolescent. L’association Ban public fait un travail remarquable sur les problématiques de l’incarcération et de la détention. Mais encore faut-il vouloir être informé !

 

Selon le Nouvel Observateur

"L'Administration pénitentiaire (AP) a publié, vendredi 24 octobre, un communiqué d'un de ses "experts", le professeur de psychiatrie Jean-Louis Terra, qui met en cause le rôle des médias dans l'augmentation des suicides en prison, en soulignant "les risques de médiatisation du suicide".

 

Le professeur Jean-Louis Terra a peut-être raison sur le plan psychiatrique, et je ne prétends pas avoir les compétences pour en discuter. Mais l'on ne peut dissocier l'aspect psychiatrique de la question des conditions et des raisons de la détention. Et sur ce point là il est urgent qu'il y ait un vrai débat public pour informer sur la réalité de la condition carcérale et s'interroger sur les raisons et les objectifs de l'enfermement, et sur les mesures alternative à l'enfermement, l'enferment à domicile avec port de bracelet électronique n'étant pas une mesure alternative.

 

Selon Fédor Dostoïevski, le degré de civilisation d'une société pourrait se juger à l'état de ses prisons. Interrogeons nous d'urgence sur le degré de civilisation que nous prétendons avoir !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Prison et enfermement
commenter cet article

commentaires

Matthieu 29/10/2008 11:29

Ne manquez pas de parlez d'un film produit par Iskra, voisin arcueillais, intitulé A COTE de Stéphane Mercurio qui est sortie aujourd'hui à Paris et en province.

Des femmes qui attendent, qui se font belles, qui se remontent le moral, qui craquent parfois espèrent toujours.

Dans la petite maison de l’association Ti-Tomm, accolée au mur de la prison des hommes à Rennes, on attend l’heure du parloir. Les familles arrivent à l’avance, toujours. Quelques secondes de retard, et la porte de la prison restera fermée. On vient une, deux, trois fois par semaine, chaque semaine, pendant des mois voire des années. Ce sont majoritairement des femmes; ces pénélopes des temps modernes vivent au rythme de leur homme à l’ombre. Le temps est suspendu, la vie comme arrêtée. L’arbitraire de la prison, les transferts, les interdits sont leur quotidien.

En faisant le choix de rester résolument « à côté » de la prison - du côté des familles - le film propose paradoxalement une approche éminemment frontale de ce qu’est la réalité carcérale.

La prison en creux. La vie sans l’autre. Mais sûrement pas à côté de la vie.

Jean-Michel Arberet 29/10/2008 13:22



Le site du film http://www.a-cote.eu/



Cortopsy 28/10/2008 13:39

Je vous recommande très vivement d’aller voir ce film: de l’autre côté du mur de la prison de Rennes.
L’incarcération vue du côté de ceux qui viennent voir leurs hommes à l’intérieur.
C’est subtil, poignant, multi-primé, et si rare qu’un documentaire sur la prison sorte en salle que cela mérite de la soutenir ! Surtout quand le film en vaut la peine.
Voilà. J’espère que j’aurai réussi à convaincre l’un ou l’autre d’entre vous...