Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

-----------------

Le blog de Jean Michel Arberet a déménagé

Vous allez etre redirigé automatiquement

Pensez à mettre à jour vos liens et vos favoris

Si la redirection ne fonctionne pas, cliquez ici

Rechercher

Archives

26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 23:03

Monsieur le président du Comité National Olympique et Sportif Français,

J'ai lu votre interview dans l'Humanité du 22 mars.
Interrogé sur un éventuel boycott des jeux olympiques à Pékin vous déclarez " Je le dis clairement, un boycott n’a jamais rien amené" vous ajoutez ensuite "le mouvement sportif ne doit pas sortir de ces responsabilités qui sont d’abord d’organiser les Jeux dans les meilleures conditions matérielles…Et puis, la charte olympique impose des règles comme celle qui interdit de s’immiscer dans les politiques des pays qui nous reçoivent. Ensuite, on devrait positiver sur le message de paix que constituent les JO".

Et vous allez encore plus loin "Si on en arrive à la situation de Moscou, si le gouvernement français change de point de vue, je ferai en sorte d’organiser le déplacement à Pékin. Même s’il n’y a que quinze athlètes à vouloir y aller".

Votre position n'est pas surprenante et est dans le droit fil des positions du CIO qui ne se mêle pas effectivement des politiques des pays qui reçoivent.

Les Jeux Olympiques de 1936 se sont déroulés à Berlin sans que le CIO ne semble se poser encore aujourd'hui la moindre question. Le site internet du CIO nous rappelle que l'ouverture officielle des jeux fut faite par le chancelier Adolf Hitler (1), et sur les 31 photos présentes sur le site, nous ne pouvons manquer l'arrivée le 1er   Le site du CIO ne va pas jusqu'à préciser que lors de cette cérémonie les 100 000 spectateurs assistèrent dans un premier temps au défilé des brigades de la jeunesse hitlérienne et que certaines délégations nationales firent le salut olympique (qui ressemble au salut hitlérien), notamment la France et la Grèce. août 1936 de la flamme olympique au Lustgarten pavoisé de croix gammées et sur un autre cliché l'entrée des membres du CIO et du chancelier Adolf Hitler au stade olympique lors de la cérémonie d'ouverture.
Après une telle prestation dans la capitale du IIIème Reich, la question du boycott en effet n'a plus vocation à se poser.

Pour éviter toute incompréhension et que les lecteurs comprennent que les sportifs ne s'immisceront pas  dans la politique chinoise vous précisez que si un athlète français monte sur le podium à Pékin et brandit alors un drapeau du Tibet "Il sera sanctionné directement par le CIO parce qu’il a failli aux règles qu’il a accepté : le respect de l’adversaire donc aucune manifestation d’aucune sorte, religieuse par exemple, pendant l’évènement.."
Là aussi, aucune surprise dans votre position, déjà en 1968, le CIO avait sanctionné les Américains Tommie Smith et John Carlos  1er et 3ème au 200 mètres pour avoir protester contre la ségrégation raciale aux États-Unis en baissant la tête et en pointant, lors de l'hymne américain, leur poing ganté de noir vers le ciel, sur le podium de la remise des médailles. Ils ont été tous les deux exclus des Jeux.
Peter Norman, australien,  médaille d'argent n'a eu lui "que" un avertissement pour avoir avait soutenu Tommie Smith et John Carlos en portant un insigne de soutien à leur cause.
Par contre, le CIO ne s'était pas ému outre mesure du massacre de Tlatelolco qui a eu lieu à Mexico dix jours avant l'ouverture des jeux.

"On ne doit pas nous demander d’endosser les responsabilités des politiques et notamment de l’ONU" dites vous Monsieur le président, mais vous ajoutez "Pour moi, les JO doivent être un accélérateur de la résolution d’un « conflit » qui dure depuis 50 ans entre la Chine et le Tibet." Je ne reviendrai pas sur la qualification de "conflit entre le Tibet et la Chine" de la situation actuelle au Tibet. Mais le choix de Pékin n'est il pas un choix éminemment politique. Et comment en pleine discussion sur les Jeux de Pékin qualifier la décision annoncée par président du CIO, Jacques Rogge le 21 février dernier de choisir pour accueillir les 1er Jeux Olympiques de la Jeunesse d’été en 2010 Singapour, autre symbole fort du respect des droits de l'Homme.

Enfin vous indiquez "ce qui me scandalise aussi, c’est qu’on ait pu transformer les cinq anneaux olympiques, symbole de paix, en cinq menottes." faisant ainsi référence à la campagne d’affichage de Reporters sans frontières. Ce qui me scandalise Monsieur le président c'est qu'on ait pu installer ces anneaux olympiques, symbole de paix à Pékin sans se poser plus de question, en se contentant de déclarer " Je rappelle aussi que l’ONU a accepté le principe de la trêve olympique, qu’au moins pendant la période des jeux, les belligérants sur l’ensemble de la planète puissent au moins déposer les armes"
Pour l'instant comme vous le devez le savoir la répression au Tibet s'intensifie.
Et quant aux Jeux Olympiques occasion pour la Chine d'aller vers plus de respect des droits de l'Homme il semble bien qu'il n'en soit rien. Amnesty international dans son dernier dossier "Les droits humains en Chine et les Jeux olympiques de Pékin" indique " Des changements positifs ont certes eu lieu depuis (réforme du système de la peine capitale, plus grande liberté d’information pour les journalistes étrangers, par exemple), mais ils sont occultés par la détérioration de la situation dans d’autres domaines. Les Jeux servent de prétexte pour justifier le développement du recours à la détention sans jugement à Pékin dans le cadre du « nettoyage » de la ville avant le début des JO en août 2008. Les militants des droits humains sont ainsi de plus en plus souvent soumis à des actes de harcèlement, à des placements en résidence surveillée et à des procès inéquitables." (2)

Le sport n'est pas isolé du reste de la société, le sport est aussi un en,jeu d'image, un enjeu politique un enjeu commercial.
Pouvons nous accepter que l'image donnée de la Chine lors de ces Jeux Olympiques soit celle aseptisée autorisée par le gouvernement chinois ?
Pouvons nous accepter que les compétitions sportives aient lieu pendant que les caméras et les micros ignorent la répression au Tibet et les militants des droits de l'Homme poursuivis en Chine ?
N'est il pas suffisant d'avoir accepté de faire du sport sous les croix gammées ?
Nous ne pouvons pas dire aujourd'hui que nous ne savons pas.

Certains nous accusent déjà de prendre les sportives et les sportifs en otages. C'est inverser la question de la responsabilité, c'est le CIO qui a choisi d'envoyer les sportives et les sportifs à Pékin, et la décision a été prise en connaissance de cause.
Le sport a des valeurs, le sport peut avoir des valeurs, mais je ne crois pas que ce soient celles que portent les grandes sociétés françaises dont vous souhaitez l'engagement dans un comité de soutien au sport, ou les grands groupes internationaux sponsors des jeux olympiques. Ces derniers voient dans la Chine un immense marché à conquérir et souhaitent des jeux aseptisés.
Le sport peut porter et doit porter d'autres valeurs, de respect de soi, de respect de l'adversaire, de respect des spectateurs et de respect de la société dans laquelle il se développe.

Je soutiens les neuf demandes de Reporters sans frontières:
libération de tous les journalistes et les internautes emprisonnés en Chine pour avoir exercé leur droit à l’information;
abolition définitive des articles restrictifs du Guide des correspondants étrangers qui limitent la liberté de mouvement et de travail des médias;
dissolution du Département de la publicité (ex-département de la propagande) qui contrôle quotidiennement le contenu de la presse chinoise;
fin du brouillage des radios internationales;
fin du blocage de milliers de sites Internet d’informations hébergés à l’étranger;
suspension des "11 commandements du Net" qui instituent la censure et encouragent l’autocensure des informations diffusées sur le web;
abolition des listes de journalistes et militants des droits de l’Homme interdits de séjour en Chine;
fin de l’interdiction imposée aux médias chinois d’utiliser sans autorisation officielle les images et les informations des agences de presse internationales;
légalisation des associations indépendantes de journalistes et des organisations de défense des droits de l’Homme.

Je soutiens également  les huit revendications du Collectif Chine JO 2008:
libérer les personnes emprisonnées depuis les manifestations de Tiananmen (1989) et tous les prisonniers d’opinion;
mettre fin au contrôle de l’information, y compris sur Internet;
suspendre les exécutions sur tout le territoire chinois en vue d’aboutir à l’abolition de la peine de mort;
supprimer la détention administrative;
mettre un terme à la pratique de la torture;
permettre la constitution de syndicats libres et indépendants;
supprimer l’article 306 du code pénal, qui permet la répression contre les avocats;
mettre fin aux expulsions forcées des citoyens de leur logement ou de leurs terres.

Monsieur le président, je vous demande d'intervenir afin que les JO de Pékin se soient pas la vitrine aseptisée que souhaite le gouvernement chinois mais au contraire une fenêtre ouverte sur la Chine,une occasion pour toutes les Chinoises et tous les Chinois de s'exprimer et pour les journalistes de découvrir la réalité de la Chine et notamment du Tibet.
Dans le cas contraire, Monsieur le président, je soutiendrai toutes les initiatives qui se prendront avant et pendant les Jeux Olympiques pour sortir du silence que le CIO et le gouvernement chinois voudraient imposer et mettre en avant la question des droits de l'Homme et les droits de la Femme, singulièrement le droit de naître.
Je soutiendrai toute sportive ou tout sportif qui serait sanctionné pour avoir pris publiquement position dans ce sens, et notamment, pour ne pas pénaliser les sportives et les sportifs pris en otages par le CIO, je soutiens le boycott de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jean-Michel Arberet - dans Sport et ...
commenter cet article

commentaires

TRANNOY 27/03/2008 09:00

Et vive le rétablissement des droits féodaux au Tibet ????????

Jean-Michel Arberet 27/03/2008 11:15



Rétablissement des droits féodaux au Tibet ?


Après relecture de mon texte, sauf erreur, le Tibet est cité 7 fois, et dans aucun des cas n'est revendiqué l'indépendance ou le rétablissement
d'un régime quelconque.


Parler de la répression qui s'intensifie au Tibet signifierait-il que je suis ipso facto favorable au rétablissement des droits féodaux ?